On connait le talent d’écriture de Georges Brassens, mais il savait aussi très bien être l’interprète de jolis textes d’autres mains. La Prière de Francis Jammes, ou encore Il n’y a Pas D’Amour Heureux d’Aragon, sont de ces chansons là. Ces deux exemples ont d’ailleurs la particularité d’être accompagnés par la même mélodie. Deux magnifiques textes repris de la même manière, mais deux textes que Brassens a su tirer d’horizons très différents. Si l’on connait l’engagement communiste d’Aragon, il faut savoir que Francis Jammes lui, était un pieux catholique.




Nous nous attarderons ici sur La prière, pour sa beauté sacrée, son atmosphère de recueillement, lourde et noire d’espoir. Si nous ne louons pas le seigneur, tâchons au moins de louer ceux qui ont su joliment lui parler. Francis Jammes en l’occurrence, d’une sainte plume.


Le texte original repris par Brassens est en fait un poème intitulé Les Mystères Douloureux, tiré du recueil L’Eglise Habillée De Feuille (1905). Il comporte au départ cinq couplets (nommés Agonie, Flagellation, Couronnement d’épines, Portement de croix et Crucifiement) dont l’un d’eux sera tronqué par Brassens (le Couronnement d’épines). Il le remplacera par les vers suivants (qu’il placera en queue de poème):

Par la mère apprenant que son fils est guéri,

par l’oiseau rappelant l’oiseau tombé du nid,

par l’herbe qui a soif, et recueille l’ondée ;

par le baiser perdu, par l’amour redonné,

et par le mendiant retrouvant sa monnaie :

Je vous salue, Marie

Brassens appellera ce couplet Invention de Notre Seigneur au Temple comme une réponse ironico-christique au couplet supprimé, dans lequel Francis Jammes semblait demander au seigneur de le guider dans sa voie de poète.


Le reste de la chanson suit donc le texte original. Cette une véritable prière, Francis Jammes l’écrivit alors qu’il venait de se convertir au christianisme. Il est intéressant de s’interroger sur le ton qu’a voulu mettre Brassens dans son interprétation et le sens qu’il a voulu lui donner. Le couplet effacé puis remplacé peut éventuellement nous donner un début de réponse. Ce poème, enfin la version revisitée, a été repris également par Damien Saez dans une compilation hommage à Brassens intitulée Les Oiseaux De Passage sortie en 2001 (Saez a récemment rechanté cette chanson lors d’un concert accoustique à Sète, le pays de Georges Brassens).









Source de l’article

Le site l’association Francis Jammes

Francis Jammes sur WikiPedia

Georges Brassens sur WikiPedia

Ecouter La prière sur Deezer