Louise Roam (prononcer “rohm”) s’installe sur scène armée de ses machines et de son violon. Toute en discrétion dans sa prestation scénique, elle semble presque habitée par un esprit lorsqu’elle chante. Elle projette joliment les sons à travers la salle du Divan du Monde qui se remplit doucement. L’allure est androgyne, des rectangles bleutés illuminent […]