Aujourd’hui, j’ai envie d’attaquer très fort :

Parce que Tohu Bohu, ce nouvel album de Rone sorti lundi dernier, était quand même très attendu. Petit frère de Spanich Breakfast sorti en 2009 et de l’EP So So So sorti l’été 2011, les précédents succès d’Erwan Castex ont eu tendance à rendre impatient quant à de nouveaux hits. En l’occurrence, ce Tohu Bohu musical extrait de la tête de Rone par ses propres soins ne déçoit pas ou très peu. Toujours détendu, parfois aérien, souvent producteur de rêve, ce DJ est là pour nous rappeler que la musique rime avec détente et bien-être. Dans l’ensemble, les dix pistes qui composent cet album de 47 minutes vont vous faire voyager.

Pour ceux qui le connaissent mal, Rone est un jeune talent français dans le genre : mentions spéciale sur la maîtrise des crescendos qui retiennent notre attention vers le rythme émerveillant de ses morceaux. Sur Bye Bye Macadam et Beast, on croit retrouver le rythme amusé de nos actions solitaires, de cette voix qui résonne dans notre tête… Avec La Grande Ourse, le retour en enfance nous émerveille. Sur Fugu Kiss, on voyage loin. Sur King of Batoofam, on gigote, sur Parade on se lève, sur Icare, on hallucine un peu et sur Lili… Wood un peu plus..

Rone ne mène pas une révolution du genre, mais en tout cas, il fait toujours des satisfaits. On en redemande ?

Visuel de l'album Tohu Bohu de Rone : Dessin d'un plan éloigné de la base d'une tour étrangement formée, au milieu de nulle-part, une minuscule silhouette semble s'y diriger.

  1. Tempelhof
  2. Bye Bye Macadam
  3. Fugu Kiss
  4. La Grande Ourse
  5. Beast
  6. Let’s Go
  7. King of Batoofam
  8. Parade
  9. Icare
  10. Lili… Wood

favicon du réseau Soundcloud Le Souncloud de Rone
icone facebook Le Facebook de Rone
icone twitter Le Twitter de Rone

favicon du site suivant Site officiel du label InFine

Photos : © Felix Roumagnac