S’il y a bien une chose que je ne commande pas, c’est mon envie d’écrire ou pas. C’est pourquoi cette chronique vous semblera sortir de nulle part puisque l’album dont je vais essayer de vous parler est sorti il y a un peu plus de six mois déjà. Je crois aussi qu’à part deux-trois brefs passages dans mon lecteur CD je n’avais pas pris le temps de l’écouter.

Quatre ans après l‘Etre Ange Démon et trois ans après avoir réussi à voir la petite troupe en concert, je me replonge dans leur univers, si particulier que je pense sincèrement que les personnes un brin terre à terre ne s’y retrouveront pas.

La dernière pépite d’ACWL qui s’intitule Internel a vu le jour le 11 avril 2016. Comme à mon habitude, j’avais passé la pré-commande dès l’annonce de cette nouvelle sortie. Avec Internel,  la voix de Céline nous transporte encore un peu plus dans un rêve sans fin. Juste sa voix, sans mots dits, suffit à se retrouver à mille lieues d’ici, écoutez dont Oxc de l’étrange.

Sur cet album, le piano se fait plus présent. Les mélodies sont du coup encore plus mélancoliques comme ce petit poème chanté Serpent de Tulle ou E-mortelle. Tutoyant de loin Portishead avec l’intro de Yugam (qui n’est pas d’un anglais venu du moyen-âge mais un langage imaginaire), parfois plus noisy avec la voix de Jean sur To whatever end, qui excelle également dans le morceau rock Mon coeur n’est à personne. Ce dernier opus expérimente des chemins plus tortueux que les précédents, moins évidents peut-être.

Pour les non initiés (trop nombreux !) je vous suggère d’écouter Et Je Lui Souris, adaptation d’un texte de Victor Hugo, ce morceau respire la “patte” ACWL. En ces jours bien trop gris dans ma vie, l’atmosphère qui pourrait paraitre pesante avec ces douze nouveaux titres se révèle bienfaisante. Entre instants sombres, envolées lyriques et textes toujours aussi profonds, ACWL n’a pas fini de me séduire.

Le trio prépare trois dates pour cette fin d’année à Marseille, Lyon et St Maurice (en Suisse). Pour une soirée féerique vous savez où vous rendre…

Tracklist

  1. Yugam
  2. Et je lui souris
  3. E-mortelle
  4. Mon coeur n’est à personne
  5. Serpent de tulle
  6. To wathever end
  7. Oxc de l’étrange
  8. Le départ
  9. Infini intérieur
  10. La porte étroite
  11. Qu’elle est moi
  12. Au delà

favicon du site suivant Site officiel de ACWL
icone facebook Facebook de ACWL
icone twitter Twitter de ACWL
icone youtube ACWL sur YouTube