Avant de vous parler du CD live, il faut que je vous présente le groupe. Les Cowboys Fringants, ce sont des Québécois qui font de la musique. Aucun rapport, mais alors aucun, avec Céline Dion, à part leur province d’origine.

Pour compléter la biographie rapide que je vais faire, je vous invite à aller voir sur le site officiel, la biographie y est complète et racontée avec humour, ce qui ne gâche rien.

Biographie – Discographie rapides

Pour résumer, le groupe est né de la rencontre de Karl Tremblay (chanteur) et de Jean-François Pauzé (guitariste) en 1994 alors qu’ils étaient encore au lycée. Après quelques mois à composer des chansons dans le garage de JF, ils réussissent à convaincre Marie-Annick Lépine (violoniste, accordéoniste, multiples autres instruments) de se joindre à eux et participent à l’été 1996 à un radio-crochet où ils atteindront la seconde place (avec seulement 2chansons !).
Le groupe s’agrandit en 1997 avec l’arrivée de Dominique Lebeau à la batterie et de Jérome Dupras à la basse. Leur premier album, 12 grandes chansons, sort à 500 exemplaires en automne de la même année, et sera suivi de quelques concerts loufoques.

Les Cowboys Fringants à leurs débuts : Jean-François, Marie-Annick, Karl, Jérome, Domlebo.

Sur mon canapé, le second album, sort en novembre 1998, et se vendra à plus de 1000 exemplaires uniquement grâce au bouche à oreille.

_ Motel Capri, le troisième album, toujours auto-produit, sortira en avril 2000, et un vrai vivier de fans fidèles des Cowboys existe désormais, les suivant de concerts en concerts. Lors de la tournée, les Cowboys vont conquérir un public de plus en plus vaste, grâce à leur énergie et leur loufoquerie scénique.

En mars 2002, Break Syndical arrive dans les bacs, et pour beaucoup c’est la révélation « Cowboys Fringants ». La tournée fait salles combles, et en 2003 le groupe gagne les Félix (équivalent de nos Victoires de la musique) du groupe alternatif, du groupe de l’année et du spectacle de l’année. Un premier CD live sort également en décembre 2002, Attache ta tuque, composé de 2 CD et d’un DVD, on profite à fond du concert, sans y avoir été en chair et en os, un instant magique! Suivra le DVD live, « Les Cowboys Fringants au Centre Bell », en 2003.

Pendant ce temps-là en France, une véritable communauté de fans se crée, allant même jusqu’à la fondation d’une association : les Cousins Fringants, très active sur le web, et très sympathique, j’ai eu la chance de rencontrer quelques membres lors d’un concert, ils sont adorables, et motivés ! Les Cowboys Fringants donnent leurs premiers concerts en France en 2004.

A l’automne 2004, sort La Grand-Messe, qui sera suivi d’une tournée à guichets fermés. Le groupe remporte une seconde fois le Félix de groupe de l’année, puis en 2005 celui de la chanson de l’année avec Les Etoiles Filantes, chanson qui personnellement m’a fait découvrir le groupe, et pour laquelle j’ai encore une tendresse particulière.

En 2005 et 2006, le groupe enchaine les concerts, y compris en Europe : Les Vieilles Charrues, Nancy, Bordeaux et Bruxelles en particulier. La tournée s’achève sur le tour de force de remplir le Centre Bell (grosse salle de concert au Québec, 20 000 places) en décembre 2006.
_ En avril 2007, le groupe reprend les concerts, revenant en Europe et faisant beaucoup de festivals au Québec. A l’issue de la tournée, le batteur Domlebo annonce qu’il quitte le groupe, suscitant une vive émotion tant chez les Cowboys que chez les fans. Le live Au Grand Théâtre de Québec, sort la même année, composé de 2 CD.

Début 2009 sortiront non pas un mais deux albums : L’Expédition, très abouti, aux textes très poétiques ; et Sur un air de déjà vu, plus proche des premiers albums, plus guilleret et humoristique, sorte de recueil de « B-sides » à lui tout seul.

Soucieux de l’environnement, le groupe qui a fondé en 2006 une association de conservation de la nature et de protection des écosystèmes menacés du Québec, fait de la tournée L’Expédition sa « tournée verte », annulant les émissions de CO2 du groupe et du public en plantant 35 000 arbres.

Après trois concerts à l’Olympia en février 2009, le groupe revient en France pour faire la tournée des Zénith en avril 2009, et en profitera pour enregistrer le CD live En concert au Zénith de Paris. La tournée est encore en cours, et se finira au mois d’août 2010. Un conseil : courez les voir si l’occasion se présente, vous ne le regretterez pas !! J’en suis à mon 2ème concert, et j’ai toujours autant envie d’y retourner !

CD Live – “En concert au Zénith de Paris

Maintenant que vous situez à peu près qui sont ces zigotos, plus de détails sur ce fameux disque En concert au Zénith de Paris.

Dans le livret, première surprise : un nouveau batteur a rejoint le groupe, Marc-André « Bazou » Brazeau. Enfin, c’est peut être pas nouveau hein, mais comme j’ai raté la dernière tournée et que je suis pas particulièrement sur les forums, j’ai raté l’info. Sympa aussi comme info dans le livret, la tête et le nom des ingénieurs son, lumière, photo… bref tous ceux qui font qu’une tournée est réussie !
Niveau ambiance, j’ai eu l’impression de revivre les concerts auxquels j’avais assisté : foule en délire, énergie brute, humour plus ou moins foireux de Karl et du groupe, bref, que du bonheur. Les chansons ont été revues, les plus lentes ont été un peu accélérées, donnant un coté plus énergique, et une folle envie de sauter partout s’infiltre dans mes jambes…
Niveau setlist, que des chansons que j’aime :

  1. Droit devant
  2. La reine
  3. La manifestation
  4. Entre deux taxis
  5. Histoire de pêche
  6. La Catherine
  7. Monsieur
  8. La tête haute
  9. Une autre journée qui se lève
  10. 8 secondes
  11. Plus rien
  12. Tant qu’on aura de l’amour
  13. Les étoiles filantes

Le CD s’ouvre sur des chansons hyper péchues, de La reine à La Catherine, j’aime tout!, avant une accalmie -relative- avec La tête haute, qui pour moi prend ici toute sa dimension. Sur l’album studio (L’Expédition) elle ne m’avait pas marquée plus que ça, en live elle m’a presque fait pleurer, peut-être à cause de la justesse de la voix de Karl qui a réussi à faire passer l’émotion à tout le public, peut-être parce que l’instrumentation plus sobre m’a permis de faire encore plus attention aux paroles, je ne sais pas trop.
Suit Une autre journée qui se lève, histoire mi-figue mi-raison, constat d’un monde qui n’arrête pas de tourner, et d’histoires quotidiennes, à la fois banales et extraordinaires, qui se répètent inlassablement.
Ensuite, pause écolo, avec 8 secondes et Plus rien, chansons pour faire bouger les choses, ou au moins provoquer une prise de conscience à propos de l’utilisation de l’eau sur la planète, ou de l’état de la Terre, qu’on surexploite sans vergogne. Bien que pessimistes, j’aime beaucoup ces chansons, à cause de mes études dans l’environnement ? Peut-être, mais pas que !
On retourne à des choses plus légères avec Tant qu’il y aura de l’amour, chanson plus naïve, rappelant les Cowboys des débuts, avec cependant une instrumentation plus poussée que ce qu’il y avait sur Motel Capri par exemple.
Et comme d’habitude, le concert se finit sur Les étoiles filantes et ses « lala la lala lalalalaaaaaaaaaa», repris en chœur par le public.

Un chouette concert, un chouette album, je regrette juste qu’il n’y ait qu’un CD, là ça fait court pour un concert, je suis en manque !

Site officiel des Cowboys Fringants
MySpace des Cowboys
Ecouter les Cowboys Fringants sur Deezer
Ecouter les Cowboys Fringants sur iLike
Le site des Cousins Fringants, fanclub et bien plus