Nouvel album des Québécois, leur opus Que du vent est sorti le 21 novembre dernier, deux ans après L’Expédition. Autant dire que j’attendais avec impatience de recevoir la galette !

Première impression une fois le disque déballé : le boîtier est très écolo, avec un maximum de carton et un minimum de plastique (comme tous les CD des Cowboys Fringants depuis quelques années, espérons que beaucoup d’autres artistes suivront leur exemple : les boites sont moins fragiles comme ça, et comme j’ai une fâcheuse tendance à confondre « ranger » et « laisser tomber »…). Le livret de paroles est sobre et l’illustration colle bien au titre de l’album. Des souvenirs d’enfance ressortent à la vue de ce moulin à vent dessiné sur fond noir, ça me rappelle les vacances… (faites pas les malins, on a tous eu un jour ce genre de jouet et on l’a tous cassé après une journée à courir dans tous les sens pour voir à quelle vitesse il pouvait tourner ! 🙂  )

 

Le CD une fois ouvert, avec le livret de paroles, dont le motif devrait rappeler des souvenirs à beaucoup !

L’album démarre fort, les chansons sont très rythmées, ça va envoyer sur scène ! Dans les thèmes abordés, peu de surprises, les Cowboys Fringants restent fidèles à eux-mêmes et abordent les sujets qui leur tiennent à cœur : la société de consommation et d’individualistes, la rupture amoureuse, la dépression, le temps qui passe, les fermetures d’usines, la vie quoi. Ils croquent avec humour et cynisme le monde d’aujourd’hui.

Les premières chansons sont très entraînantes, dès l’ouverture de l’album avec Télé, où les stars éphémères de la téléréalité, adeptes du “moi je”, dont on ne connaît pas le prénom mais dont on parle quand même, en prennent pour leur grade. Rien que pour la mise en boite, j’aime ! Paris-Montréal bouge aussi beaucoup, ce premier extrait de l’album circule sur Deezer depuis mi-novembre, et j’ai une tendresse particulière pour cette chanson, rien que pour ce passage (oui, il m’en faut peu pour tomber amoureuse d’une chanson) :

« Mais il n’y a pas de bonne manière/ Pour se dire adieu / Ça se passe jamais comme on veut »

Ou comment Karl et sa bande arrivent à me faire pogotter alors qu’ils parlent de rupture, ils sont vraiment très forts !

Marilou s’en fout vous rappellera peut-être La Reine, sur cette façon qu’ont les Cowboys de raconter les drames sociaux sur des tempos très entrainants et festifs. Marilou, c’est peut-être Hannah qui a jeté l’éponge, c’est La Reine qui aurait choisi l’alcool et la facilité au lieu de s’occuper des autres. Marilou a baissé les bras et se laisse sombrer soir après soir, pour oublier… C’est surtout le drame “ordinaire” de la solitude et de l’alcoolisme. (D’ailleurs, un jour il faudra que je leur demande pourquoi c’est toujours, ou souvent, les filles qui n’ont pas de chance dans leurs chansons.)

Comme Joe Dassin me fait vraiment penser à … une chanson de Joe Dassin, étonnant non ? Le style musical est vraiment très ressemblant, ça me rappelle les colos où on chantait Les Champs Elysées le soir ! En plus l’histoire est toute mignonne, mon coté fleur bleue ressort, je suis fan ! Tout comme de la dernière chanson de l’album, On tient l’coup, qui parle de la vie de couple et des petits bonheurs et des aléas du quotidien quand on vit à deux : chanson toute calme et très apaisante, parfaite pour finir sur une note positive et éviter de déprimer après tous les thèmes moins roses abordés au fil du disque.

L’album s’écoute bien, les sujets sont des classiques des Cowboys Fringants, la musique reste très entraînante, avec une abondance de chœurs dans la plupart des chansons. Certains aimeront, d’autres moins, moi je me dis que ça me permettra de brailler joyeusement avec eux pendant les concerts !

Un opus très sympa dans l’ensemble, avec quelques chansons qui m’ont particulièrement marquées et qui sont mes nouvelles chouchoutes. Un seul bémol pour nous autres “Français de France”, le style est plus “québécois” que sur L’Expédition : pour ceux qui n’ont pas l’habitude des expressions de la Belle Province, il va peut-être falloir une explication de texte parfois, ou alors avoir les paroles sous les yeux dans un premier temps (avec un lexique du parler québécois à portée de main) !

Les concerts promettent de ne pas être de tout repos, et j’ai déjà hâte de les voir défendre leur album sur scène !

Tracklist :

  1. Télé
  2. Paris-Montréal
  3. Marilou s’en fout
  4. L’horloge
  5. Que du vent
  6. Classe moyenne (avec anchois)
  7. Comme Joe Dassin
  8. Hasbeen
  9. Party!
  10. Shooters
  11. On tient l’coup

Site officiel des Cowboys Fringants
MySpace des Cowboys
Ecouter les Cowboys Fringants sur Deezer
Ecouter les Cowboys Fringants sur iLike
Le site des Cousins Fringants, fanclub et bien plus