Les Wampas à la Cité de la Musique ? Ça a de quoi surprendre. En effet, difficile d’imaginer ce vieux punk de Didier dans un lieu tellement “bobo parisien”. Pourtant je ne rêve pas, il est bien la tête d’affiche de cette soirée J’aime pas Brassens. D’ailleurs, cette négation aussi me laisse perplexe…

Mais avant tout, penchons-nous sur la première partie. Celle-ci est assurée par la, désormais culte, Pompe Moderne. Le concept du groupe est simple : reprendre des chansons populaires, posthumes à Georges Brassens, et les jouer à la Brassens. Vous avez du mal à imaginer ce que ça peut donner ? Alors je vous invite à jeter un œil sur leurs reprises de Je danse le Mia ou Dj.

La Pompe Moderne, je connaissais leurs vidéos, et j’étais curieux de voir ce que ça pouvait donner en live. Surtout en première partie des Wampas. Le bilan : des barres de rire. Dès leur arrivée sur la scène, avec leur look kitch et leurs perruques, c’est le fou rire général dans la salle. Et le reste n’a fait que confirmer mon intuition première : ces mecs sont des grands barjos ! Même pas peur de reprendre du Britney Spears, ou de remixer du Doc Gyneco avec du Gilbert Montagné. Rappelons-le, parce que ça a son importance, tout ça devant un public venu voir Didier Wampas !

D’ailleurs, Didier Wampas, ne l’oublions pas. C’est quand même pour lui qu’on est là !

Ce que j’aime chez Didier Wampas, comme tout le monde sans doute, c’est le bordel qu’il est capable de foutre en un temps record. Oui, soyons honnête, c’est pour ça qu’il est connu, et pour ça qu’on va le voir et le revoir en concert. Sa voix est loin d’être agréable à l’oreille (et c’est pas ma copine qui découvrait le groupe qui dira le contraire : « c’est normal sa voix là ? » « oui oui 😀 »), mais c’est aussi pour ça qu’on l’aime. Du bon rock comme il devrait toujours être. On envoie la sauce, on s’éclate, et on s’en fout du résultat.

Dès que la Pompe Moderne quitte la scène, tout le public se met à hurler en coeur «DIDIER WAMPAS EST LE ROI ». Le ton est déjà donné. Moi, je me marre en voyant les abonnés au balcon, pour la plupart assez âgés, sans doute venu appâtés par le nom de la soirée, commencer à se demander où ils sont tombés. Et ils vont vite le comprendre. Les Wampas montent sur scène, Didier attrape sa guitare Hello Kitty, et dès la première note, c’est la folie dans la salle.

Le reste de la soirée n’aura rien de vraiment notable. Juste un concert des Wampas, dans les règles de l’art. Oui, Didier Wampas est une valeur sûre, c’est pas pour rien qu’on retourne le voir. On veut pas de la nouveauté, on veut juste notre shoot habituel. Du Brassens ? Non, vous avez mal lu ou quoi ? C’est une soirée J’aime PAS Brassens. Alors OK, il fait un effort, et chante « Quand Nicolas va chier 10 fois par jour, il se lave le cul 10 fois par jour » à la Brassens, mais ce sera tout. Et au balcon, ils le comprennent vite. Les sièges se vident les uns après les autres.

N’importe quoi général qu’il nous chante ? En fait, oui, ça résume bien la chose. Et putain, qu’est ce que c’était bon !

Les Wampas

La Pompe Moderne

Le site officiel des Wampas
La Pompe Moderne sur MySpace