20h30, j’arrive dans une salle presque vide. Les spectateurs sont en retard et vont louper l’arrivée du groupe, tandis que les personnes présentes n’osent pas s’approcher de la scène. Alors que les gens commencent enfin à rentrer, leur comportement m’interpelle et je me rends compte qu’il s’agissait, en fait, d’un groupe de personne malentendantes. Comment ces personnes pourraient bien profiter d’un concert, n’entendant pas ? Pendant que la salle se remplit, quelqu’un passe dans le public et distribue des ballons en formes de boudins marqués du logo du groupe, mais je ne comprends leur utilité que quand résonnent les premières notes de musique.

Les musiciens donnent le ton à coup de grosses basses et de sons saturés, le tout accompagné par des sonorités électroniques qui nous plongent de suite dans l’univers de Fumuj. Escortant le chanteur, une fille danse et pratique la langue des signes : Laëty, de l’association “Tout Art et Culture”, se joint au groupe sur scène depuis un an maintenant afin de “briser la barrière du silence entre les entendants et les mal-entendants”.

Pendant ce temps, les spectateurs s’avancent d’un pas hésitant jusqu’au front de la scène, collent leur ballon aux enceintes et… la magie opère instantanément, ils commencent à bouger au rythme de la musique comme si les vibrations transcendantes  des basses se faisaient ressentir au travers de leur ballon.

Le groupe avait tout prévu pour offrir un maximum de sensations et avait installé deux cheminées gonflables de 2,50m de hauteur, placées en plein milieu de la salle. Ces deux cylindres sont équipés d’un dispositif électrique qui vibre à l’unisson avec la musique, le public peut y poser ses mains et ainsi ressentir des sensations tactiles uniques. Il y  a encore la batterie lumineuse, créée spécifiquement pour le spectacle, qui permet de voir précisément ce que joue le batteur.

En résumé, Fumuj nous a offert un concert frappant, émouvant, déboussolant et plein d’espoir. J’ espère que vous pourrez les retrouver bientôt près de chez vous : c’est le seul groupe qui sache mettre tout le monde d’accord.

En supplément à cet article, vous pouvez retrouver plus bas un commentaire que Laëty nous a aimablement autorisés à publier.

icone myspace MySpace de Fumuj
icone facebook Page Facebook de Fumuj
icone twitter Twitter de Fumuj
icone wikipedia Page Wikipédia de Fumuj
icone vimeo Page Vimeo de Fumuj
icone soundcloud Page Soundcloud de Fumuj
icone deezer Écouter Fumuj sur Deezer

La parole à Laëty pour plus de précisions sur la démarche entreprise :

Depuis 15 ans je navigue dans le monde des sourds, sans pour autant être sourde, malentendante, ou ayant [des gens touchés par cette déficience sensorielle] dans mon entourage, j’y suis tombée un peu par hasard… Grâce à mes parents j’ai rapidement été baignée dans les domaines de l’art et la culture, puis à 14 ans j’ai eu envie de rechercher le silence. En parcourant certains livres dont celui d’Emanuelle Laborit “Le cri de la mouette”, je me suis intéressée à la langue des signes, puis peu à peu à toute la culture sourde. Je me suis fait des potes sourds en assistant à différentes manifestations. Puis naturellement j’ai eu envie de partager avec eux ma culture d’entendante, tout comme eux m’avaient accompagnée pour découvrir la leur, notamment la musique et la chanson. Depuis 10 ans donc je pratique ce qu’on appelle le chant signé, et au fur à mesure de mes expérimentations j’ai rencontré des chanteurs qui me laissaient jouer avec eux sur scène. J’ai travaillé également avec différentes associations pour ouvrir la culture au plus grand nombre, pour ma partie aux sourds signeurs. Comment rendre un festival accessible? Comment changer notre communication culturelle pour ne pas oublier que tel spectacle est uniquement visuel et donc peut parfaitement convenir au public sourd, en plus du public entendant? Comment rendre certains projets artistiques bilingues (langue des signes/français) ? …

Depuis deux ans avec ma collègue Karine Bascougnano et toute une équipe de bons motivés, rêveurs d’un monde meilleur, nous avons monté une association qui s’appelle TAC (Tout Art et Culture), pour répondre à toutes ces questions posées ci-dessus.

Toutes nos propositions, interventions, actions sont bilingues. Ma collègue Karine, elle, travaille sur le pôle Art Visuel (Conférences culturelles en langue des signes, visite d’exposition, lecture performance….), et moi-même le pôle Art Vivant, notamment les concerts en live.
Je travaille actuellement avec 6 groupes différents dont FUMUJ. FUMUJ développe depuis 2 ans des techniques pour faire ressentir la musique de manière visuelle, par les vidéos et par les vibrations, à l’aide des récepteurs individuels (les boudins), et des récepteurs collectifs (les cheminées).
Cela permet d’avoir des vibrations plus précises que les personnes sourdes apprécient.
Au fur et à mesure de leurs réunions de travail notamment avec des associations de sourds, qui étaient satisfaits de ces techniques, certains leur ont pourtant dit qu’ils aimeraient pouvoir connaitre les propos du chanteur. Les Fumuj ont alors commencé à vouloir y intégrer de la langue des signes.
C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés! La connexion établie, le feeling étant très bon entre ce groupe, mon asso et moi-même, nous avons commencé à bosser en partenariat, puis à m’intégrer dans tous les concerts si possible !!! Et c’est un réel plaisir ! Quasiment à chaque concert nous avons un public sourd, l’échange est intéressant, et enrichissant !

Pour en savoir plus sur l’association Tout Art et Culture:

icone myspace MySpace de L’association Tout Art et Culture