Ce soir c’est une soirée 100% gros son made in France qu’accueille le Cabaret Sauvage, petite salle au demeurant fort sympathique avec un vrai cachet comme on en rencontre de temps en temps. Qui a déjà fait un concert dans ce vrai cirque (oui, oui, un cirque avec une vraie piste aux étoiles, qui sent bon le début du XXème siècle, pas un vulgaire chapiteau monté pour l’occasion…) me comprend !

C’est Darkness Dynamite qui ouvre le bal. Je ne connaissais pas le groupe, j’en avais rapidement entendu parler mais sans plus. Ce n’est pas vraiment ma came mais c’est agréable à écouter et le groupe sait chauffer une salle comme il se doit avec leur métalcore teinté de rock… L’accueil du public est chaleureux et ce dernier se met gentiment en jambe. Contrat rempli pour Darkness Dynamite : la salle a passé un bon moment et est à bloc pour accueillir AqME.

C’est au tour d’AqME de monter sur scène. Je l’avoue, mon appréhension et ma fébrilité sont palpables. En effet, c’est la première fois que je revois le groupe en live depuis le départ de Thomas et l’arrivé de Vincent

Et dès les premières notes d’Idiologie, tous mes doutes et mes appréhensions s’évaporent : Vincent au chant déchire tout ! Et sa voix colle parfaitement au style d’AqME !

Quant à l’ambiance dans la salle que dire… Que c’était mort, que tout le monde s’ennuie… Non je rigole (oui, oui, je sais je n’ai aucun sens de l’humour). C’est la grosse ambiance sous le chapiteau ! Et il ne faut pas attendre longtemps pour voir les premiers pogos.

Et le groupe dans tout ça ? Vincent en bon frontman fait le show et ne manque pas une occasion de lancer des circles pits. Charlotte et Julien ne sont pas en reste et ne manquent pas une occasion d’arranger la foule pour mettre encore plus d’ambiance. Quant à Étienne, comme d’habitude, il assure derrière ses fûts…

La setlist fait la part belle à Epithète, Dominion, Epitaphe, mais quoi de plus normal, c’est le dernier album du groupe en date. Mais les “vieilleries” ne sont pas oubliées pour les “vieux fans”, comme moi, avec des titres comme Pornographie et Superstar.

Après ce show énorme d’AqME, je sais pourquoi Charlotte, Étienne et Julien ne voulaient que Vincent et personne d’autre pour remplacer Thomas car, oui, c’est bien à un concert d’AqME, et pas AqME plus Vincent, que j’ai assisté. Le groupe a déjà une bonne alchimie sur scène et Vincent est parfaitement intégré au groupe. On a vraiment l’impression qu’ils jouent ensemble depuis plusieurs années, je n’ose imaginer ce que cela donnera à la fin de la tournée quand cette nouvelle version d’AqME aura plus de quelques mois d’existence… AqME is not dead ! Vivement la suite…

La soirée se finit avec les Black Bomb A. Le groupe a la patate sur scène. L’ambiance dans la salle est brûlante : les pogos sont au rendez-vous dès les premières notes. Bon perso, j’avoue, c’est pas du tout mon style et je n’ai pas apprécié leur musique.

Setlist :

  1. Idiologie
  2. Violence
  3. Uniforme
  4. Epithète, Dominion, Epitaphe
  5. Blasphème
  6. Adieu !
  7. L’Empire des Jours
  8. Luxe Assassin
  9. Quel que soit le Prometheen (ou le Nihiliste)
  10. La Dialectique des Possédés
  11. Pornographie
  12. Le Culte de Rien
  13. Superstar
  14. Macabre Moderne

Darkness Dynamite

AqME

Black Bomb A

icone myspace MySpace de Darkness Dynamite
icone facebook Page Facebook de Darkness Dynamite

Site officiel d’Aqme
MySpace d’Aqme
icone facebook Page Facebook d’Aqme
icone twitter Twitter d’Aqme
Ecouter Aqme sur Deezer

icone myspace MySpace de Black Bomb A
icone facebook Page Facebook de Black Bomb A
icone wikipedia Page Wikipédia de Black Bomb A
icone deezer Écouter Black Bomb A sur Deezer