Alors que le marasme hivernal nous gagne tous progressivement et qu’il est de plus en plus difficile de sortir de sa couette le matin, la musique bat toujours son plein. Alors que, pour moi, 2013 ne restera pas complètement dans les annales, 2014 s’annonce comme une sorte de renaissance musicale qui incite à l’optimisme quasi-béat… ou pas. En tous cas, voici quelques découvertes, et autres coups de coeur de ce début d’année que, je l’espère, vous apprécierez autant que moi. Et promis, je ne vous parlerai pas de l’abonnement à D**** que m’a offert ma dulcinée à Noël, cela n’a (presque) rien à voir.

HollysizMy Name Is

Disco is not dead ! non, je ne parle pas des frenchies casqués qui ont cartonné aux Grammy Awards, mais d’une révélation nommée aux Victoires de la Musique dans la catégorie… album révélation, ça ne s’invente pas. Chez Hollysiz, alias Cécile Cassel (soeur de, en effet), on ne peut plus parler d’un revival des années 80, mais bel et bien d’une réinterprétation d’une époque qui a connu ses heures de gloire, sans vraiment jamais disparaître. Croisement de Blondie et d’une Madonna vintage, le tout doublé d’une voix puissante à la Beth Ditto, la musique d’Hollysiz est résolument moderne. Elle cultive également ce glam’ un peu vulgaire, sans doute avec une légère touche d’ironie, qui faisait triper un certain nombre de nos ancêtres. Le délire disco de son premier clip Come back to me ne dit pas tout, il faut aussi aller voir vers Hangover ou Tricky Game pour bien prendre conscience de l’ensemble du phénomène. A écouter sans attendre, et à suivre pour les prochaines Victoires… Elle sera aussi en concert à La Cigale en Avril.

icone page web Site officiel de Hollysiz
icone facebook Facebook de Hollysiz

Monica HeldalThe Boy From The North

Décembre 2012. Le concert de Ben Howard au Casino de Paris reste pour moi un souvenir d’anthologie, pour la performance du bonhomme. En première partie, Monica Heldal avait impressionné l’assistance par une parfaite maîtrise du picking, et une voix posée que l’on retrouve sur le titre Burgh Island de Ben Howard. Fin 2013, elle sort enfin son premier album Boy From The North, qui n’est d’abord disponible qu’en Norvège (sic), son pays d’origine, puis plus largement (heureusement il y a D****… nooooon, je l’ai pas dit 🙂 ). Dans cet album, Monica Heldal développe ses capacités guitaristiques et vocales au service d’un rock teinté de blues loin d’être révolu. Les accents de picking servent complètement la voix de la belle brune, comme sur le titre éponyme, ou encore mieux sur I don’t mind. Protégée de Ben Howard, on peut dire qu’elle a pris son envol d’une belle manière, alliant virtuosité et simplicité dans un ensemble très cohérent.

icone page web Site officiel de Monica Heldal
icone facebook Facebook de Monica Heldal

The Ragged Jubilee – In The Valley

Bon, OK, j’ai dit que je ne parlais que de nouveautés nouvelles de cette année. Certes. Mais bon, on ne va pas gâcher son plaisir pour si peu. Sorti en 2012, In The Valley est le troisième album de The Ragged Jubilee, et je viens de le découvrir, c’est pour ça que c’est nouveau, et toc. Dans la famille blues, ce groupe se place dans la catégorie “rugueuse-à-souhait”. Avec des relents âcres de fin de soirée enfumée, on n’avait pas entendu un tel son depuis les White Stripes, à l’image de The Wicked One ou The Moan. Le groupe remet également au goût du jour le banjo, instrument que l’on avait trop longtemps consigné au rang d’emblème un peu ringard de la country (avec la chemise à carreaux), mais qui donne une toute autre dimension à des titres comme She’s Gone et Hey Mama. Il ne reste ainsi au chanteur qu’à laisser sa voix cassée, rauque et granuleuse s’exprimer, au fil de mélodies plus planantes les unes que les autres. Et pour la peine, je vous colle une petite vidéo de surf qui n’a rien à voir… si ce n’est la musique.

icone page web Site officiel de The Ragged Julilee
icone facebook Facebook de The Ragged Jubilee

PassengerWicked Man’s Rest

Avec Passenger, on change de registre. Le folk règne ici en maitre absolu. Une voix à la Marc Daumail (Cocoon) et la guitare pour alliée, le dernier album ne passe pas inaperçu. Clairement, ce n’est pas le genre de musique qui vous remettra la pêche un jour pluvieux. Pour ça vous serez obligés d’attendre l’été, le 15 août. Non, c’est plutôt la mélancolie qui prédomine ici mais pas complètement sinistre. Comme chez Cocoon, il y a toujours une joie sous-jacente qui rend l’ensemble attachant, à l’image de Let Her Go, issue d’un précédent album.

icone page web Site officiel de Passenger
icone facebook Facebook de Passenger

Ed Sheeran I See Fire

Bon, dans ce cas-là, et même si c’est un pote du groupe Passenger, pas besoin de pub… je suis certain que vous êtes tous allés voir le second épisode du Hobbit qui, malgré l’imposture des 3 volets tirés d’un livre de 50 pages, passe plus que bien. Donc, comme vous êtes restés jusqu’à la fin des 2h30, vous avez entendu cette chanson bien orchestrée, chantée d’une voix haut perchée, et qui colle malgré tout pas mal à la scénographie du film. Cet illustre inconnu aura sans doute son heure de gloire grâce à ça, et grand bien lui fasse, car cette chanson vaut son pesant de mythril. Bon, par contre, j’ai pas beaucoup accroché au reste des titres de ses albums, même s’il se démarque sur The A Team, ou Give Me Love  sur l’album +, j’espère sincèrement que le prochain album sera plus dans la veine de Smaug que de Bilbo (cette phrase ne veut rien dire, j’en conviens, mais vous saurez en tirer son meilleur parti, hein).

favicon du site suivant Site officiel de Ed Sheeran
icone facebook Facebook de Ed Sheeran

Jain

Autre artiste qui peut se vanter d’une carte de visite pas dégueu, Jain assure la première partie de Yodelice sur sa tournée actuelle. Elle n’a pour le moment pas d’album, mais plein de talent : visiblement, elle se targue déjà de quelques chansons plutôt bien faites comme Hob, ou So Peaceful. Mais c’est surtout sa prestation avec Yodelice à Taratata, avec une reprise de Redemption Song, qui me fait dire que cette petite a de l’avenir… à suivre encore, surtout que l’album de Yodelice vaut le coup aussi, donc vous l’aurez en prime en première partie si vous allez au concert !

icone facebook Facebook de Jain