Louise Roam a la dure tâche d’ouvrir le bal pour le concert de Jeanne Added à L’Olympia. Elle relève le défi avec un set de quarante-cinq minutes assez intéressant. Les premiers morceaux sont portés par sa voix aérienne et des machines légères. Elle attaque rapidement avec des boucles au violon qui posent une ambiance asiatisante. Sous six spots de couleur, Louise Roam va tranquillement torturer samplers et loopers pour nous transmettre ses émotions. La fin de sa prestation penche délicieusement vers un son club chargé en beats lourds et syncopés, enveloppés de nappes de claviers.

Après vingt minutes d’entracte, les lumières s’éteignent pour accueillir Jeanne Added. Elle est venue accompagnée de ses clavieristes et choristes Narumi et Marie Châstain ainsi que d’un batteur hyperactif et efficace. Le décor est sobre, en fond trône un écran qui renvoie une lumière lunaire. Miss It All est rempli d’une nervosité fragile. La basse à la main, Jeanne Added harangue un public présent et réactif.

Ready est présenté comme “une vraie chanson d’amour” et interprété avec brio. L’instrumentation a gagné en puissance et en profondeur avec des morceaux superbement réorchestrés pour l’occasion. L’interprétation de Jeanne est remplie d’une force assumée. On pense à un Ian Curtis au feminin, la joie de vivre en plus. Elle nous offre plusieurs sessions de danse robotique, notamment sur un It servi par des beats presque techno. L’éclairage est chargé en stroboscopes ce qui donne une atmosphère épileptique. La filiation avec Nine Inch Nails n’est pas loin pour le côté industriel de la musique.

On enchaîne dans la douceur avec Look At Them. La voix se pose puis s’envole. La chanteuse nous offrira une très belle reprise de Five Years de David Bowie, en forme d’hommage. Le public hurle à la mort tandis que le rouge envahit la salle pour le martial A War Is Coming. L’instrumentation devient complètement dingue et des sirènes d’alerte sortent des machines pendant que le riff de batterie se fait destructeur. Jeanne Added est là pour en découdre et boxe l’air de façon épileptique. Back To Summer s’installe dans une ambiance très électronique, voire club. Le concert se poursuit sur une magistrale interprétation de Lydia. Quelque chose s’est ouvert dans le jeu scénique de l’artiste. Elle occupe la scène avec talent et se livre avec une sincérité impressionnante. Avec ses allures de Petit Poucet surexcité, elle transmet sa musique avec la puissance d’une grande dame. Suddenly terminera la partie, précédé de remerciements émus. Le public l’accompagne en choeur et ajoute à l’émotion qui entoure ce moment.

L’artiste est rappelée par les choeurs du public et nous offre le joli Night Shame Pride. Elle sera rappelée à nouveau et viendra remercier une dernière fois son public, les Dø présents ce soir et ses parents. Jeanne Added manie avec dextérité le partage des émotions qu’elles soient fortes ou douces. En un an, la chanteuse a mûri et a dévoilé des potentialités insoupçonnées. À voir et à écouter sans modération.

favicon du site suivant Site officiel de Jeanne Added
icone facebook Facebook de Jeanne Added
icone twitter Twitter de Jeanne Added
icone soundcloud Soundcloud de Jeanne Added
icone deezer Écouter Jeanne Added sur Deezer
icone spotify Écouter Jeanne Added sur Spotify
icone instagram Instagram de Jeanne Added
icone youtube Jeanne Added sur YouTube

icone facebook Facebook de Louise Roam
icone soundcloud Soundcloud de Louise Roam
icone bandcamp BandCamp de Louise Roam