La première édition du festival s’est déroulée le 8 mars 1997. A l’époque, c’était un concert unique à l’occasion de la journée internationale de la femme. L’organisateur Stéphane Amiel rassemble pour l’occasion des artistes telles que La Grande Sophie, Cornu ou encore Claire Diterzi à l’occasion d’une soirée mettant à l’honneur des artistes féminines.

Le festival va grandir petit à petit et dès la deuxième édition en 1998, on passe à quatre soirs de musique, puis on sort de Paris et on franchit les frontières avec des concerts organisés en province et en Belgique. Les artistes internationales ne se font pas attendre et Kim Gordon de Sonic Youth jouera à plusieurs reprises. Le festival invite rapidement des pointures comme Robots In Disguise et Chick On Speed. En 2004, on a droit à des prestation du groupe Le Tigre (side-project de Kathleen Hanna, après Bikini Kill), en 2005 c’est Regina Spektor, M.I.A., Asia Argento, The Go! Team ou encore Shivaree qui font l’honneur de leur présence. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce sont des artistes souvent engagées dans des postures féministes, particulièrement reconnues outre-atlantique et qu’on a rarement la possibilité de voir en concert en France. Le festival se distingue par une programmation exigeante, mettant les artistes féminines au-devant de la scène, dans la pure tradition du mouvement Riot Grrrl, tout en ouvrant les horizons musicaux bien au-delà du courant des années 90.

Petit extrait de l’édition 2015 :

Image de prévisualisation YouTube

On continue la liste avec The Slits en 2007, Emily Jane White en 2008, Au Revoir Simone et The Kills en 2009… La première fois que j’ai découvert le festival, c’était en 2010 (chez Désinvolt aussi), et je me souviens avec émotion de la soirée du 2 avril à l’Alhambra avec les prestations géniales de Dance Yourself to Death, Tender Forever, Duchess Says et la révélation que fut le set de MEN (autre tête d’affiche du groupe Le Tigre). Les années qui suivent restent dans cette lignée de découvertes, entre outsiders, révélations de talents et grosses pointures. On aura Austra en 2011  (qui revient cette année oui, oui, oui), et Christine and the Queens en 2012 alors qu’elle émerge à peine. Je retourne au festival en 2013 pour les excellentes prestations de Skip & Die et Phoebe Jean & The Air Force. On attend encore une toute petite année avant que Désinvolt ne couvre systématiquement le festival (quelques articles ici).

Petit extrait de l’édition 2016 :

Image de prévisualisation YouTube

Mais place au présent ! Pour fêter les 20 ans du festival, on a droit à une expo photo à la galerie Les Filles du Calvaire (qui fête aussi ses 20 ans), et une soirée projection le 23 février. Au programme, le documentaire Patti Smith, L’Océan des Possibles (1997) en présence de la réalisatrice Anaïs Prosaïc et le film Girls On Tapes : Videos Gems from the 80’s suivie d’une rencontre avec Camille Lan et Constance Legeay de l’association Rosa Vertov. C’est aussi un line-up de folie qui nous attend entre le 27 et le 31 mars pour les concerts à Paris. Les hostilités commencent dès le lundi soir entre le Divan du Monde et Madame Arthur avec Cannery Terror, Hurray for the Riff Raff, Laurel et Les Demoiselles s’en mêlent (Victorine et Kumisolo). On enchaînera le mardi, même heure, même endroit avec Emilie & Ogden, Michelle Gurevich (Chinawoman) et Nilüfer Yanya. Le mercredi on a droit à Itasca, Lowly, Pi Ja Ma et Sóley toujours au Divan et chez Madame Arthur. Jeudi, pour changer, ce sera à la Gaîté Lyrique avec Little Simz et Sônge. On termine vendredi soir en beauté avec Austra au Trianon en première partie de soirée pour enchainer avec une nuit entière en compagnie des Barbi(e)turix mais aussi de Corine, Morgan Hammer, Nova Twins et la déglinguée Rebeka Warrior de Sexy Sushi qui promet un DJ set de folie. Les retardataires pourront se rattraper le samedi avec les concerts de Nova Twins et Sônge au Plan à Ris-Orangis. Ne pas oublier non plus la soirée gratuite organisée par le Club LFSM, prévue le 21 février avec Kite Base et Ellah A. Thaun au Supersonic.

Attention, restez vigilant-e-s en province ! Le festival débute dès le 23 mars à Rezé et se balade à Périgueux, Clermont-Ferrand, Charleroi, Tourcoing, Nantes, Rioroges, Metz et Belfort. Il fait un tour par La Rochelle, puis Allonnes, Bordeaux, Cahors, avant de passer à Rouen, La-Roche-Sur-Yon, Vendôme, Toulouse, Hyères, Le Havre, Vannes et se termine en beauté à Brest, le 8 avril.

favicon du site suivant Site officiel du festival Les Femmes S’en Mêlent
icone facebook Facebook du festival Les Femmes S’en Mêlent
icone twitter Twitter du festival Les Femmes S’en Mêlent