Le Hellfest, un petit festival sans prétention, niché à quelques kilomètres de Nantes. Accueillant quelques 180 000 festivaliers sur trois jours, cent soixante groupes à l’affiche, treizième édition cette année, trois fois lauréat du meilleur festival depuis 2014, les places s’arrachent en moins de 24h dès leur mise en vente et ce, sans même avoir encore un seul nom annoncé. Tu comprendras que le festival peine à se faire connaître. Pour y pallier, une seule solution : deux photographes de Désinvolt se sont glissés au sein de ce modeste complexe afin de l’aider dans cette démarche.

Le festival se répartit sur six scènes ( + une indépendante):

Le Metal Corner est la scène indépendante, située à l’extérieur du site. Scène où l’on pourra voir des formations locales et internationales qui gagnent à être connues. Ouverture des hostilités dès le Jeudi après midi. Une bonne mise en jambe pour les trois jours de festivités qui suivent.
Deux Mainstage, où défilent les groupes attendus par la majorité des festivaliers.
La tente du Temple, où se produisent les groupes de Black, Pagan et Doom metal.
La tente Altar, pour les groupes de Death metal.
La tente Valley, où passent les groupes plus stoner.
La Warzone, le lieu où tu peux te défouler en écoutant un son bien hardcore ou punk.

J-1… Si le purgatoire est l’antichambre du Paradis , alors je dirais que le Metal Corner est son homologue concernant l’accès pour l’antre du Hellfest. Il l’est tout aussi bien pour les groupes qui s’y produisent, car un certain nombre se sont vus ensuite programmés sur une des six scènes du festival, que pour le festivalier qui s’y échauffe avant le grand saut du lendemain.

METAL CORNER

Début des hostilités 21h00 avec Gravity, désolé pour les groupes qui sont passés avant mais le soleil tapait et il faisait soif…

 

Gravity, formation de Montpellier qui a des influences variées passant par le Deathcore, le Metalcore, le Metal Progressif, le Heavy Metal et le Death Mélodique et j’en passe. Formé en 2009 et composé d‘Emilie Thium (Chant), d‘Alexandre Meddeb (Guitare),de Mathieu Blanc (Guitare), de Ricky (Batterie) et de Timothé Stuyvesant (Basse). Ils sortent une démo, Déphasé, en 2009 et un premier album sous cette formation en 2011 ( M&O Music ) : Syndrome. Le deuxième album de Gravity – “EUTHERIA” est sorti en novembre 2012 (Apathia Records). Ils méritent largement leur place sur cette scène et ce n’est pas l’accueil du public qui va contredire cela. Emilie gère très bien l’espace de la scène avec ses comparses, cette dernière a une voix à faire pâlir certains “mâles” qui jouent dans le même registre.

 

Voir la galerie complète de Gravity sur Flickr

 

Vanilla Cage, elles sont quatre Teo Chitishvili (chanteuse), Nensy Tskitishvili (guitare), Mari Kubanski (basse), MiMi Zabeti (Batterie), provenant de Géorgie (Europe de l’Est) pour nous délivrer un son que l’on peut qualifier d’alternative rock et métal. Elles ont fait les premières parties de groupes tel que Black Label Society, Sepultura, Sadist… Et y a pas à dire, elles brassent de l’air.

 

Voir la galerie complète de Vanilla Cage sur Flickr

 

Butcher’s Rodeo, ils sont cinq, nous viennent de Paris, se sont formés en 2009 et nous délivrent un son qu’ils qualifient de Hobocore. En gros, ça vous décalamine les oreilles et je pense que ça pourrait même redonner de l’audition à un sourd… Premier groupe au Metal Corner que je vois descendre tous leurs instruments, jusqu’à la batterie, dans la fosse et jouer au milieu d’un circle pit des plus enflammés, certain agents de la sécu ont bien failli terminer à poil tellement ils ont été brassés, façon tambour de machine à laver.

Voir la galerie complète de Butcher’s Rodeo sur Flickr

 

NO CHIEFS, SYSTEMIZE & STUFF, Tribute Band originaire de Nantes sur la même scène. Les neuf membres ont clôturé la première journée du Metal Corner et l’échauffement pour le marathon de trois jours qui va s’ouvrir demain. Ils nous ont donné ce qu’ils savent faire de mieux avec des reprises de Rage Against The Machine, System Of A Down et aussi en étoffant leur répertoire pour notre plus grand plaisir avec du Machine Head, Slayer, Slipknot, Pantera et Sepultura.

Pour ma part qui suis un inconditionnel des Rage Against The Machine (avec le phrasé légendaire de Zack de la Rocha), et je suis très critique aux différentes reprises que certains ont pu tenter, là je dois avouer que je suis resté scotché…. Chapeau bas Messieurs.

 

Voir la galerie complète de NO CHIEFS, SYSTEMIZE & STUFF sur Flickr

 

favicon du site suivant Page Facebook de Gravity
favicon du site suivant Site officiel de Gravity

favicon du site suivant Page Facebook de Vanilla Cage

favicon du site suivant Site officiel de The Butchers Rodeo
favicon du site suivant Page Facebook de The Butchers Rodeo

favicon du site suivant Page Facebook de No Chiefs
favicon du site suivant Site officiel de No Chiefs

favicon du site suivant Page Facebook de Systemize

favicon du site suivant Page Facebook du Hellfest Open Air Festival
favicon du site suivant Site officiel du Hellfest Open Air Festival