Je vous propose de découvrir un très jeune groupe de rock français. Bouquets d’misère vient de sortir un premier EP, Mon autre, entièrement auto-produit. Et le moins que je puisse dire c’est qu’il ne me laisse vraiment pas insensible !

Pour être totalement honnête, l’auto-production a ses limites et je ne suis pas complètement fan de tout le rendu sonore de ce mini-album. Il en ressort néanmoins une vraie puissance et un groupe indéniablement talentueux.
Quand on présente un nouveau groupe, on ne peut pas s’empêcher d’aller chercher chez d’autres quelques éléments de comparaison. Alors, en terme d’influences on y trouve clairement l’empreinte éternelle de Noir Désir (quand arrivera t-on à mesurer l’impact de ce groupe sur le rock français ?), celle plus discrète d’Eiffel et l’utilisation des cordes fait immanquablement penser aux Têtes Raides ainsi qu’à Louise Attaque – ou plutôt Gaëtan Roussel période Tarmac – dans quelques arrangements. Cependant, en écoutant et ré-écoutant Mon autre j’ai également eu la sensation (et le même choc) de (re)-découvrir le premier disque de Deportivo. Il s’en dégage la même efficacité, la même urgence tenace de faire du rock coûte que coûte.

Voilà pour le décor…

L’opus s’ouvre sur le titre L’Averse qui a l’avantage d’annoncer d’entrée la couleur. Des guitares saturées, des cordes, une batterie maligne, le tout à fond. La voix de Pierre se pose ensuite sur un riff puissant, un peu cassée, les paroles sont crachées plus que chantées. Il n’y aura pas de refrain au niveau du chant, celui-ci est réservé aux instruments qui alternent habilement plusieurs variations. Juste un texte à la poésie poisseuse qui démontre un vrai talent d’écriture imagée. “Courons entre les champs, les villes, Sybille ne t’aimera jamais, elle est l’averse et verse le venin. Le plein n’est rien, rien qu’un chagrin.”

Le deuxième titre que je veux vous présenter s’aborde différemment. Plus construit tant musicalement que dans le texte, il ne repose pas sur un riff mais sur l’ensemble des instruments. C’est assez rare d’entendre ça dans le rock en français (ce serait plus typique de la pop anglaise, à la Pulp ou Moody Blues par exemple) et la grande force de Tendre, Latent, Étends-nous est de ne pas tomber dans le grandiloquent. Par contre, je trouve le rendu de l’enregistrement un peu discutable. Je n’y connais rien à ce niveau mais j’ai le sentiment que ce titre pourrait être encore plus puissant s’il était mieux produit.

Enfin, je vais terminer cette présentation par le titre qui clôture l’EP : Ton feu est un été. Il caractérise un vrai style propre au groupe, et la partie instrumentale à partir de 3’18 est vraiment bonne. A noter également le très beau texte .

Un bien beau travail à mon avis qui ne demande que la confirmation sur scène et par un premier album !
Si vous voulez encourager ce jeune groupe, vous pouvez aller jeter une oreille à l’EP complet qui est disponible en écoute intégrale sur SoundCloud.

Tracklist :

  1. L’Averse
  2. Mon Autre
  3. Van H
  4. L’Angle Mort
  5. Tendre, Latent, Étends-nous
  6. Ton Feu est un été

 

Site Officiel de Bouquets d’misère
icone facebook Page Facebook de Bouquets d’misère