Le magazine Longueur d’Ondes a la bonne idée d’organiser des soirées pour mettre en valeur les groupes qu’il aime, et tout cela au Pan Piper, petite salle fort sympathique. Et ce mois-ci, ce sont Dimoné, Yalta Club et My Little Cheap Dictaphone qui étaient à l’honneur. L’équipe de Désinvolt y était, en duo, voici nos impressions :

petit nounours : C’est donc le duo guitare/clavier Dimoné qui ouvre le bal. Le groupe change des classiques duos guitare/batterie. Tu en as pensé quoi Suke ?

Suke : J’ai bien apprécié leur rock blues français, c’était sympathique et exalté. Le chanteur-guitariste arbore une moustache impressionnante et un accent du sud qui évoquent de vagues souvenirs de Cabrel ou Brassens

petit nounours: C’est marrant que tu cites Brassens et Cabrel. Personnellement, dès le premier titre, il m’a fait penser à Bashung au niveau de la voix et du phrasé.

Suke : Brassens et Cabrel, c’est plus pour le côté moustachu. Mais c’est vrai que côté paroles les inspirations se veulent poétiques et viennent parfois chercher la ressemblance “bashungienne”. De son côté, le claviériste est pieds nus sur scène et gère les rythmes, les nappes électroniques et la mélodie avec une certaine dextérité. Le concert évolue crescendo, l’ambiance se faisant de plus en plus électrique. Le chanteur change de guitare et joue avec tant d’enthousiasme qu’il en cassera une corde.

petit nounours: Pendant le concert, je n’ai pas du tout remarqué qu’il avait cassé une corde. Je n’étais vraiment pas dedans, je n’ai pas vraiment accroché à leur musique.

Suke : J’ai trouvé qu’ils avaient un certain charme. Tout en excitation et en gestes, le chanteur capte un public qui le découvre avec un mélange de fascination et de scepticisme. On saluera les bons riffs de guitare soutenus qui tendent vers le rock-blues, mis en valeur par le soutien des claviers.

petit nounours : Après Dimoné, c’est au tour de Yalta Club de monter sur scène…

Suke : Ils ont vraiment fait monter la température d’un cran. Tout juste rentrés d’une série de concerts au Mexique, en plein jet-lag, ils vont pourtant nous transmettre leur énergie contagieuse.

petit nounours : C’est sûr que leur pop pétillante a mis de l’ambiance et de la bonne humeur dans la salle.

Suke : La formation classique du groupe de rock chant/guitare/basse/batterie est agrémentée de sessions de trompette et d’instruments improbables comme le melodica, qui donnent une couleur ludique à l’instrumentation. La claviériste parcourt la scène et use autant du sifflet que de l’harmonica. Le trompettiste passe à la guitare ou s’incruste sur la batterie sans complexe. Ils balancent de très bons morceaux, plein de pep’s et de belles lignes mélodiques tels que Wasting My Time ou Loser Song

petit nounours: Et un des moments très sympa du concert fut la petite reprise de Starman de David Bowie.

Suke : J’ai aussi été impressionnée par la prestation du batteur qui, sur l’une des chansons, quitte son poste pour entraîner le groupe dans un rythme endiablé mains-torse du plus bel effet. Le public est globalement charmé par la prestation. La musique est efficace et le groupe a un capital sympathie qui fonctionne bien.

petit nounours : J’irais même plus loin que toi, je pense qu’une bonne partie du public était là pour les Yalta Club. Beaucoup de personnes autour de nous n’étaient pas en mode découverte mais plus en train d’apprécier (et vivre) la musique du groupe.

Suke : Je suis restée complètement scotchée par la générosité avec laquelle sont descendus de scène pendant le changement de plateau pour nous offrir une dernière chanson en acoustique. Les musiciens sont éclairés par de courts néons et se tiennent au milieu de la foule, qui gardera une distance respectueuse et impressionnée.

petit nounours : Oui, c’est toujours sympa ces moments d’intimité avec un groupe quand il descend au milieu du public.

Suke : C’est vraiment dommage que My Little Cheap Dictaphone soit passé si tard, car je n’ai pas pu rester pour assister à leur prestation. Programmer un groupe à 22h45 un lundi soir ça ne permettait pas à tout le monde de profiter au mieux de leur passage à Paris.

petit nounours : Tu as raison, beaucoup de gens ont quitté la salle, comme toi, après Yalta Club. Peut-être qu’ils seraient restés si cela avait commencé plus tôt. Après ces considérations d’horaire, revenons à My Little Cheap Dictaphone… Donc les MLCD, c’est la grosse claque sur scène. Je suis complètement séduit par la musique du groupe qui est à la fois douce et intense. Les morceaux de The Tragic Tale of a Genius et de The Smoke Behind The Sound s’associent à merveille.

Suke : C’est vrai que les deux albums ont leur univers bien à eux, mais on retrouve une atmosphère commune à la fois sombre et lumineuse.

petit nounours : Ce n’est pas faux. Bref, c’est un vrai plaisir de voir le groupe sur scène surtout que je peux, enfin, profiter de la scénographie que le groupe a mise en place. La dernière fois que je l’ai vu, à La Maroquinerie en mars, le projecteur faisait des siennes. Mais ce qui est bien aussi, c’est que le groupe n’est pas prisonnier de cette scénographie, rien sur scène n’est calibré ou préparé, cela apporte juste un plus visuel au concert, une sorte de cerise sur le gâteau. Redboy, le chanteur/guitariste du groupe, en bon leader, a une vraie présence et en impose. Les autres membres ne sont pas en reste et se donnent également à fond, et on sent leur complicité. Redboy n’hésite pas à aller se frotter au public à plusieurs reprises et notamment sur Out of the Storm où il confie sa guitare à une spectatrice pour qu’elle joue avec lui. Je passe un super moment avec le groupe, mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, le concert se finit sur l’énorme Fire qui donne toujours autant le frisson.

Suke : Je trouve que cette chanson est l’une des plus efficaces du groupe. Elle est à la fois profonde et communicative. Elle transmet une bonne représentation de l’univers du groupe.

petit nounours : Oui, c’est un peu un hymne pour le groupe et c’est vraiment une jolie manière de quitter les MLCD.

Dimoné

Yalta Club


My Little Cheap Dictaphone

 

icone page web Site officiel de Dimoné
icone myspace MySpace de Dimoné
icone facebook Facebook de Dimoné
icone deezer Écouter Dimoné sur Deezer
icone wikipedia Page Wikipédia de Dimoné

favicon du site suivant Site officiel de Yalta Club
icone facebook Facebook de Yalta Club
icone twitter Twitter de Yalta Club
icone deezer Écouter Yalta Club sur Deezer
icone instagram Instagram de Yalta Club
icone youtube Yalta Club sur YouTube
icone vimeo Yalta Club sur Vimeo

favicon du site suivant Site officiel de My Little Cheap Dictaphone
icone facebook Facebook de My Little Cheap Dictaphone
icone twitter Twitter de My Little Cheap Dictaphone
icone bandcamp BandCamp de My Little Cheap Dictaphone
icone deezer Écouter My Little Cheap Dictaphone sur Deezer
icone spotify Écouter My Little Cheap Dictaphone sur Spotify