1 = 0 nous propose un rock/slam engagé et dérangeant, qui remue les habitudes. Ils sortent en ce moment un EP de quatre titres qui donne un grand coup de pied aux idées reçues. L’opus intitulé Qui ? pose la question de l’identité, celle qu’on porte, celle du groupe qui nous pose cette question, celle qui nous hante pendant les nuits d’insomnie.

Le son est résolument rock. Les guitares envoient de gros riffs et des mélodies tendues. La voix est hargneuse, quelque part entre Saez et Philippe Katherine, avec une pointe d’androgynie qui vient titiller nos oreilles. Le flow oscille entre des rythmiques qui rappellent Fauve, ou d’autres plus dans un style proche de Stupéflip. Batterie et basse sont solides et font leur travail avec sérieux et profondeur. Les textes sont ciselés et rageurs, comme pris d’une urgence qui ne laisse pas de place aux respirations. L’EP traverse les cellules auditives comme un train entre deux gares, à grande vitesse. Ce qu’on entend donne envie d’en savoir plus, et de les voir sur scène.

Le morceau Sans ouvre la partie, avec un début plutôt calme comparé à ce qui va suivre. Puis la guitare s’envole et suit la voix qui s’emballe. Le discours est sans concession et dénonce, dans une poésie crue, la place de l’Occident sur la scène mondiale. Il décrit le flottement dans les règles du nouvel ordre mondial et la douleur de celui qui se heurte aux clichés qu’on lui impose.

On poursuit avec 10 000, qui balance une vision désabusée de la vie à deux et de quelques autres choses. Les textes ne sont pas simples et transparents. Les mots sont posés les uns à côté des autres dans une dimension poétique qui ne suit pas une pensée linéaire. Les idées sont jetées de façon presque inconsciente, ce qui rajoute à la puissance des morceaux. On voit se dessiner une attaque de la société de consommation. Le groupe lance une critique du désir inassouvi, pour toujours frustré.

Tous enfonce le clou et déverse un discours critique sur la musique populaire, celle qui fait nos références, celle qui nous a tous bercés. Beaucoup de groupes passent sous leur rouleau compresseur. Ils se décrivent comme “un groupe de serbes qui les défonce tous”. Les artistes cités sont plutôt bons, et semblent représenter leurs principales influences. Une bonne manière de découvrir l’univers musical du groupe. Certainement le morceau qui donne le plus envie de les voir en live.

Malgré toi achève cet EP comme un dernier jet de pierre contre un char. Une dernière salve hargneuse, un uppercut en plein menton. Ce morceau final est une sorte d’ode à l’impuissance. Rencontre improbable entre le bouddhisme et le punk, le morceau clôture cet EP comme on ferme une porte, en la claquant.

Sec comme une claque, intense comme une gifle, l’EP laisse un goût de ” reviens-y” dans les oreilles. C’est court et efficace une fois qu’on a réussi à rentrer dedans. On en veut encore, on veut les voir en live, les éprouver. Affaire à suivre.

Tracklista2670067449_10

  1. Sans
  2. 10 000
  3. Tous
  4. Malgré toi

icone myspace MySpace de 1=0
icone facebook Facebook de 1=0
icone twitter Twitter de 1=0
icone soundcloud Soundcloud de 1=0
icone youtube 1=0 sur YouTube