On avait découvert la voix du groupe au café de la pêche à Montreuil. On le retrouve ici dans le cadre de son projet La Canaille pour son dernier album intitulé La Nausée. Marc Namour est connu pour ses textes coup de poing, et sa vision désabusée du monde qui nous entoure. Pour ce nouvel opus, il distille un verbe acerbe et critique de la société actuelle, la couleur est sombre et sèche. De beaux invités ont été conviés pour l’occasion. On retrouve notamment DJ Fab, Serge Teyssot-Gay (ancien de Noir Désir), Sir Jean et DJ Pone qui s’incruste sur pas moins de trois titres.

L’album s’ouvre sur le morceau Quelque Chose se Prépare qui a déjà tourné un peu sur certaines radios. Il avertit son auditeur de ce qui va suivre, et dont il ne va pas sortir indemne. Redéfinition, en featuring avec DJ Fab, maintient les sens en alerte, petite présentation en règle de La Canaille et de son propos. Le voyage dans l’univers du groupe se poursuit avec l’impressionnant Jamais Nationale en featuring avec DJ Pone. Le son est lourd, le texte est puissant, véritable hymne au rejet des théories clivantes de l’extrême-droite, un morceau à scander haut et fort. Monsieur Madame surprend par un flow maniéré qui illustre à merveille le mépris de classe associé à la vulgarité des riches. De belles montées de cuivres dans un style jazz donnent un côté dramatique au morceau.

Encore un Peu s’inscrit comme un parallèle glaçant à la chanson précédente. Le texte offre un regard à la fois doux et triste sur la vieillesse et la peur de la mort. On change complètement de registre avec Pornoland qui pose un regard intransigeant sur la pornographie et la misère sexuelle. Il en profite pour envoyer une critique lourde de la condition féminine dont il dissèque les différents aspects, d’un scalpel froid. Serge Teyssot-Gay s’invite sur le morceau Omar, déchirant portait d’une âme en errance. Omar ressemble à tous ces SDF que l’on croise en bas de nos immeubles, perdus, éternels survivants. Marc Nammour pose des mots remplis d’humanité sur une réalité crue et sèche.

Une nappe électronique faussement douce ouvre Le Silence, morceau un peu plus léger. Morceau faussement apaisé qui ne fait que monter en intensité et finit en vacarme. Décalé tire vers l’autoportrait, dans lequel l’auteur nous présente sa façon d’écrire et son amour des mots. Il dessine au fil du morceau une attaque en règle contre l’industrie musicale et les morceaux calibrés pour être efficace. Le morceau suivant, Desséchée, décrit l’inquiétude de l’amour perdu. Il imagine le couple sur le retour et la sécheresse de l’absence de passion. Un morceau triste que la lucidité rend déchirant. La Sueur des Ombres nous emmène au cœur du désespoir de l’immigration. L’auteur de La Canaille offre des descriptions de sensations glaçantes, dans un morceau rempli d’une tension angoissante. Briller Dans le Noir clôt un album puissant et précis, la voix de Sir Jean donne une touche colorée, comme une lueur d’espoir dans l’obscurité. On ne pourra que conseiller à ceux qui ont tenu jusque-là de laisser tourner l’album jusqu’à sa toute fin, et de profiter de ce qui suit.

La Canaille impose son style tranchant dans des textes taillés au couperet soutenus par une instrumentation sérieuse et puissante. Le groupe vient bousculer notre petit confort à coups d’ondes aux airs de secousses sismiques. Un bel album, dur et intransigeant, impressionnant par la lucidité du regard porté sur la société actuelle.

 

Tracklistcanaille-cover

  1. Quelque chose se prépare
  2. Redéfinition
  3. Jamais Nationale
  4. Monsieur Madame
  5. Encore un peu
  6. Pornoland
  7. Omar
  8. Le Silence
  9. Décalé
  10. Desséchée
  11. La sueur des ombres
  12. Briller dans le noir

 

icone myspace MySpace de La Canaille
icone facebook Facebook de La Canaille
icone twitter Twitter de La Canaille
icone deezer Écouter La Canaille sur Deezer
icone wikipedia Page Wikipédia de La Canaille