Anaïs a tout de la bonne copine qu’on aime inviter parce qu’elle a toujours une blague à faire, quelqu’un à imiter, une chanson à chanter… et même si elle est un peu fatigante parfois, on ne peut rien faire d’autre que l’adorer. Ce 15 octobre, Anaïs posait sa guitare à Montargis pour un concert de sa tournée The Cheap Girl Is Back.

J’avais laissé Anaïs sur la route de son Cheap Show – déjà – il y a quelques années. Depuis, elle a sorti quatre albums, dont le dernier, HellNo Kitty renoue avec les origines. Seule en scène, son spectacle oscille entre concert et one woman show, entre blagues potaches et imitations, entre sampler et human beat box, le tout ponctué par un gimmick autour du verre de pastis posé à ses côtés (et je crois avoir épuisé mon quotat annuel d’anglicismes dans cette seule phrase). Les titres alternent ceux que l’on connait déjà par coeur – Mon Coeur Mon Amour, Christina, Elle Sort qu’Avec des Blacks – et ceux de ses derniers albums, dont l’acide DRH.

Derrière son humour et sa capacité d’auto-dérision manifestement sans limites, Anaïs produit une musique précise et acérée. Même si elle fait tout elle-même, ses rythmiques sont carrées, millimétrées et la maîtrise de son sampler frôle la perfection. Elle transforme ainsi son Rap Collectif en Slam Collectif pour coller à l’air du temps, en profite pour faire un clin d’œil sarcastique à Fauve et d’autres. Il reste derrière tout ça la voix d’Anaïs, incroyablement flexible et puissante, tant a cappella que quand elle s’accompagne de sa guitare. Cette maîtrise prend tout son sens lorsqu’elle interprète le titre Auto-tune, ou une des chansons issue de son album A l’Eau de Javel de reprises pas connues.

Malgré une salle qu’elle aura du mal à faire réagir, Anaïs aura de toute évidence ravi son public de “Montargounets”, comme elle nous a surnommés, car tout le monde est sorti du spectacle avec un grand sourire.

icone page web Site officiel d’Anaïs
icone facebook Facebook d’Anaïs