Pour une date unique en France, Pendragon est revenu au Divan du Monde pour un concert particulier, celui des 20 ans de The Masquerade Ouverture, un album de leur répertoire. Groupe britannique de néo-prog, Pendragon a été créé en 1978 par Nick Barrett. Dans la lignée de Marillion ou même Pink Floyd, chacun de leur album est une oeuvre artistique, pleine d’émotions, que l’on écoute comme on lirait un livre. The Masquerade Ouverture est sorti il y a déjà 20 ans mais n’a pas pris une ride. Pour les fans, cet album est un chef-d’oeuvre.

La première partie m’a fait découvrir John Young, chanteur britannique rock-prog, s’accompagnant d’un clavier et d’une bande son orchestrée. Nous étions déjà dans l’ambiance, musique planante mais assez rythmée. La voix était agréable et bien posée, mais toujours sur le même ton, j’ai cru après le troisième morceau que j’entendais toujours le même. Dommage….Il fût tout de même bien applaudi par le public.

Avec The Masquerade ouverture, le premier titre de l’album du même nom, Pendragon fit son apparition sur scène. Tel un début d’opéra, le moment était grandiose. Pour cet anniversaire, ils ont joué l’intégralité de l’album, les morceaux se sont suivis sans interruption. Nous étions embarqués dans ce merveilleux voyage, voguant dans des paysages sonores, avec des développements très aériens sertis de solos de guitares ‘gilmouriens’. La majorité de leurs morceaux commencent calmement, pour finir dans des envolées beaucoup plus rythmées et puissantes. Le talent mélodique de Nick Barrett, le chanteur guitariste et compositeur, est vraiment sans limite, et je pense que c’est un artiste sous-estimé. Nick s’est essayé un peu au français pour nous saluer, et aussi nous faire rire avec de petites anecdotes. Le groupe a enchaîné sur deux morceaux de leur dernier album Men Who Climb Mountains. Après Beautiful Soul, Nick eu une pensée pour les victimes du Bataclan en leur dédiant Faces Of Light. S’en est suivi NostradamusCome Home Jack, This Green and Pleasant Land (de l’album Passion). Le public était aux anges, reprenant avec Nick des parties de chanson. Il est vrai que la salle était pleine de fans du groupe. Ce soir-là Pendragon était formé de Clive Nolan au clavier, Peter Gee à la basse, Jean-Vincent Velazco à la batterie, de deux choristes et bien sûr Nick Barrett à la guitare et au chant. Après Breaking the Spell (de l’album The Window of Life) et Indigo (de l’album Pure) le concert se terminait avec plus de deux heures de musique. Hypnotisés par leur musique j’ai cru que le temps s’était arrêté. Une pluie d’applaudissement a envahi la salle. Plongez-vous aussi dans la magie de la musique de Pendragon.

favicon du site suivant Site officiel de Pendragon
icone facebook Facebook de Pendragon
icone twitter Twitter de Pendragon