J’ai découvert Fakear en 2013 avec l’EP Morning In Japan et tout particulièrement le titre When The Night Comes. Le morceau avait tout de suite attiré mon attention car les vocaux orientaux samplés rappelent ceux de Princess Mononoke Theme Song,  interprété initialement par Yoshikazu Mera sur la bande originale du célèbre film d’animation de Hayao Miyazaki. Dans ce premier EP, arrivant après déjà quatre albums numériques, Fakear posait les jalons d’une esthétique musicale exigeante et créative. On y trouve des ambiances poétiques et rêveuses qui en font une musique parfaite pour accompagner les promenades urbaines. J’avais été happée par l’univers et les références musicales, dès la première écoute. Grand pote de Superpoze, il travaille comme lui sur le logiciel Reason qui rend leur musique si particulière.

L’artiste revient après une courte pause et un EP intitulé Dark Lands, pour nous proposer l’aboutissement de son travail, un premier album officiel intitulé Animals. L’ambiance générale sera familière à quiconque a aimé le premier jet. On retrouve cette légèreté des samples, soutenue par des beats et des nappes envoûtants. L’artiste s’est bien entouré pour l’occasion et l’on découvre Rae Morris sur Silver et Leaving Tokyo, Deva Premal sur le viral La Lune Rousse, et Andreya Triana sur Light Bullet. On retrouve pendant toute l’écoute cette atmosphère asiatisante et orientale qui fait tout le charme du travail de Fakear. Les noms des morceaux évoquent tour à tour Le Livre de la Jungle, des contes indiens, une prophétie chamanique ou un itinéraire de voyage. Ce ne sont pas moins de dix-sept morceaux qui nous emportent dans des rêveries sonores. Le projet dure un peu plus d’une heure et allie moments rythmés à morceaux plus doux. L’album est bien équilibré, et reste accessible, ce qui a contribué à sa diffusion et à transformer certains morceaux, notamment Silver, en hymnes de club. Une performance réussie.

C’est doux et agréable à l’oreille. Jamais surfait ou insistant. Par contre, là où certains avaient été surpris lors du premier EP, l’album sonne de façon plus consensuelle. Fakear a encore de belles aventures musicales à nous faire partager et l’on attend le prochain album en espérant qu’il laissera libre cours à l’audace.

Tracklist

  1. Sheer-Khana1144786059_10
  2. Silver
  3. Animal
  4. La lune rousse
  5. My Own Sun
  6. Jonnhae
  7. Red Lines
  8. Le chant du monde
  9. De La Luz
  10. Lessons
  11. La belle âme
  12. Ankara
  13. Light Bullet
  14. Leaving Tokyo
  15. Mamaha (Energy Song)
  16. Rise
  17. Song For Jo

icone facebook Facebook de Fakear
icone soundcloud Soundcloud de Fakear
icone bandcamp BandCamp de Fakear
icone deezer Écouter Fakear sur Deezer
icone youtube Fakear sur YouTube