Elles sont de retour et elles sont partout, nous éclaboussant de leur sourire contagieux. A 22 ans, Lisa-Kaindé et Naomi Diaz du groupe Ibeyi sortent leur deuxième album Ash, deux ans après un premier opus éponyme très remarqué et applaudi. Leurs visages commencent à apparaître un peu partout, des couloirs du métro parisien aux magasins de disques. Sur le visuel de l’album, réalisé par l’artiste JR, un grand visage noir et blanc, craquelé à la surface, laisse apparaître une seconde peau, plus lumineuse. Cela nous évoque une mue, vite confirmée à l’écoute des douze titres.

En 2015, les sœurs franco-cubaines évoquaient le deuil de leur père, célèbre percussionniste cubain, et de leur sœur aînée dans un magnifique album, sombre et mélancolique. On les écoute alors presque religieusement. Elles semblent aujourd’hui regarder devant elles et se confronter au monde qui les entoure ; un monde parfois violent et inégalitaire.

Dès le deuxième titre, Away Away, on constate le virage opéré par le duo : elles y repoussent le malheur et la mélancolie avec une énergie communicative. Le ton est donné.

L’album se veut plus optimiste, mais surtout plus engagé, voire féministe. L’un des titres phares, No Man is Big Enough For My Arms, sample un extrait du discours de l’ex-Première dame des États-Unis Michelle Obama (avec son accord !), prononcé en 2016 après un énième dérapage sexiste de Donald Trump, alors en campagne pour la Présidence : “The Measure Of Any Society Is How It Treats Its Women and girls…“. Ibeyi, nouveau porte-voix féministe de la jeune génération ? “Queen B” (Beyoncé) les avait d’ailleurs invitées dans son film-album Lemonade. Juste. La. Classe.

Avec Deathless, le duo évoque les violences policières et le racisme à travers le souvenir d’un douloureux contrôle policier vécu par l’une des sœurs à 16 ans : “Do you smoke ? / What’s your name ? / Do you know why I’m here ? / (She was, she was) Innocent / Sweet sixteen / Frozen with fear“. Un titre puissant porté par un refrain-slogan, “Whatever happens, whatever happened / We are deathless“, qui prendra à coup sûr toute son ampleur en live.

Enregistré à Londres, l’album rassemble quelques grands noms comme la chanteuse Meshell Ndegeocello, la rappeuse espagnole Mala Rodríguez (sur le titre entraînant Me Voy, entièrement en espagnol !) ou encore le pianiste Gonzales.

Mais certaines choses n’ont pas changé depuis leur premier opus (et on s’en réjouit !), comme cette belle harmonie entre leurs voix sur fond de percussions, ce mélange des genres musicaux auquel viennent même s’ajouter quelques touches d’électro et de rap, sans oublier le yoruba (langue nigéro-congolaise arrivée à Cuba par le biais de descendants d’esclaves africains) qu’elles portent haut et fort, Ibeyi signifiant “jumelles”. Deux après, on les écoute encore presque religieusement… mais avec une irrésistible envie de danser et de se battre !

Ibeyi sera la tête d’affiche d’une soirée spéciale, le 24 novembre prochain au Casino de Paris, dans le cadre des 30 ans du Festival Les inRocKs. Elles avaient fait leur première date française au festival en 2014, en première partie de Damon Albarn.

Tracklist

    1. I Carried This For Years
    2. Away Away
    3. Deathless feat. Kamasi Washington
    4. I Wanna Be Like You
    5. No Man Is Big Enough For My Arms
    6. Valé
    7. Waves
    8. Transmission/Michaelion feat. Meshell Ndegeocello
    9. Me Voy feat. Mala Rodriguez
    10. When Will I Learn feat. Chilly Gonzales
    11. Numb
    12. Ash

icone page web Site officiel de Ibeyi
icone facebook Facebook de Ibeyi
icone twitter Twitter de Ibeyi
icone instagram Instagram de Ibeyi
icone deezer Écouter Ibeyi sur Deezer
icone youtube Ibeyi sur YouTube
icone wikipedia Page Wikipédia de Ibeyi