Dans ce triste pays où avec “Hadopi 2 le retour”, il va falloir écouter Folsom prison blues de Jonnhy Cash dans une cellule spécialement confectionnée pour les dignes mélomanes que nous sommes, laissez-moi avant vous parler d’une artiste qui à elle seule va faire chuter l’empire de l’industrie musicale… (ou pas)

Entertainment for the Braindead, derrière ce nom se cache Julia Kotowski, une jeune artiste allemande de 22 ans. La logique veut que ça soit une énième jeune artiste venant d’un autre bout de la planète, parlant français ou suédois, et qui arbore un joli sourire sur une affiche made in Universal ! Étonnement, ça sera pas le cas aujourd’hui !

Pour ne pas m’égarer, je vais vous étaler tout ça comme une histoire :
Il était une fois Entertainment for the Braindead, Julia Kotowski de son vrai nom, une jeune femme de 22 ans, résidant à Cologne en Allemagne. Ça c’est fait. Passons à la suite. Elle compose ses chansons en se servant principalement d’une guitare, d’un ukulélé, d’une flute et d’un glockenspiel [ http://fr.wikipedia.org/wiki/Glockenspiel]] mais aussi de d’autres instruments pour le moins atypique, une canette de soda, une bouteille en plastique, une corbeille … Puis elle enregistre ses chansons faites de ses rêves, de ses souvenirs ou de ses rencontres. Elle s’évade dans son monde, et tout devient une aventure, un défi rappelant pour un instant ce film à la fois déjanté et poétique Tideland. Avant que lune se couche (mamzelle aime composer la nuit), elle enchante ses créations avec une voix fragile, sensible et émouvante. Quand Morphée s’en va le cœur en miettes (parce que ça fend le cœur de quitter un être si sublime), Julia enregistre dans sa chambre ou dans le salon de ses parents grâce à un simple microphone USB branché sur son ordinateur portable.

On retrouve ensuite ses chansons sur Itunes ou bien dans les bacs à la Fnac ou au Virgin… Vous pensez vraiment que c’est comme ça que finit l’histoire ? Chut pas un mot c’est moi qui la raconte…

Ensuite elle propose de télécharger gratuitement ses chansons (En rédigeant ces quelques lignes, on vient de m’annoncer qu’au moins 5 chefs de produits et 2 directeurs de services chez Universal viennent de faire un malaise vagal), tout en laissant la possibilité de lui faire un don, et très chers mélomanes si vous êtes aussi fauché que moi, vous pouvez tout simplement l’inviter à prendre une tasse de thé, You can have it for free or pay whatever you think it’s worth or invite me for a cup of tea or something… dit-elle sur son site.
Et pour ceux qui aiment contempler avec les yeux qui pétillent leurs étagères de cd, Julia offre également une version “fait maison” de ses albums : un cd avec une jolie pochette illustrée, et unique car faite à la main. Plus d’infos [ici

A ce jour, cette talentueuse artiste qu’on imagine donnant un concert aux peluches qu’elle câline lors de chacun de ses enregistrements “maisons”, a sortie trois EP, Hypersomnia (2007), Hydrophobia (2008) et le dernier en date Seven (+1), qui sont en téléchargement gratuit sur aaahh-records.net.

Mon histoire vous a plu hein ?!?

Site Officiel
MySpace
Pour télécharger ses albums sur archive.org
Page Facebook
Twitter
Jamendo