Si Internet est un bon moyen de promouvoir sa musique, le succès escompté n’est pas toujours au rendez-vous. Il faut quand même reconnaitre que certains se prennent plus au jeu que d’autres. Site web travaillé, page Myspace, compte Facebook, mise à disposition des morceaux sur les sites de streaming audio, c’est à la multiplication de la diffusion que l’on reconnait un groupe qui a véritablement quelque chose à dire des autres qui espèrent avoir seulement la chance d’être remarqué.

Une autre différence importante entre ces deux catégories sera la qualité d’enregistrement. D’aucun peuvent penser qu’une bonne idée suffira à attirer l’attention d’un label pour signer un contrat. Cette pratique n’est plus au gout du jour, et ce sont bien les badauds virtuels qu’il faut impressionner en grand nombre si l’on veut espérer être reconnu…

Graphite Symphony a bien joué le jeu. Fondé en 2000 à l’origine par Anthony Brown, ce groupe de prog américain a trois albums à son actif, d’une qualité sonore impressionnante. Toutefois, le succès escompté n’a pas du être au rendez-vous puisque leur dernier album date de 2004 et le site n’est plus tenu a jour depuis 2006. Et c’est bien dommage, car The 9th cycle, le dernier album en question, laissait présager du très bon.

Au carrefour des voies empruntées par Toto et Dream Theater, une musique rock avec des chœurs environnementaux vous entraîne. Si ce n’est pas révolutionnaire, cette musique reste très agréables et même envoutante grâce aux mélodies orientales avec lesquelles se superposent des riffs plus occidentaux. Graphite Symphony n’a pas lésiné sur les moyens : des chœurs d’enfants ont même été enregistrés sur “To Be Immortal”.

Bref, tout a été mis en place pour que le rêve des six membres de Graphite Symphony devienne réalité. “Shallow” a même obtenu de très bons résultats sur un site communautaire. Et peu de temps après un premier concert, semble-t-il, bien préparé et s’étant bien déroulé, Black out… Ou presque, il ne reste plus que la possibilité de découvrir les morceaux qui survivront sans doute encore quelques temps…

Moralité : Si vous faites de la musique et que vous comptez sur Internet pour promouvoir votre travail, n’abandonnez pas trop vite, car on ne sait pas quand un rédacteur amateur pourra découvrir votre musique et tomber sous le charme. Et quitte à ce qu’il fasse bien son travail, les nouveaux amateurs et auditeurs peuvent pleuvoir.

Pour ma part, je compte bien envoyer un mail d’encouragement à Graphite Symphony pour qu’ils reprennent la route du studio, mais j’ai peur que ma voix seule ne pèse pas lourd…

Le site officiel de Graphite Symphony
Le MySpace de Graphite Symphony
Ecoutez The 9th Cycle sur ilike
Ecoutez The 9th Cycle sur Garageband.com