En promo pour défendre son premier album studio intitulé Siamese, Craig Walker, qu’on connaissait en tant que chanteur d’Archive, notamment avec l’album “You All Look The Same To Me” devait investir les planches de la Boule Noire.
Rappelez-vous, c’est avec sa venue que le groupe britannique a délaissé le trip-hop pour un rock psychédélique ou progressif plus sombre. En revanche on connaissait moins le poète et le torturé qui se cachait derrière. Et ce concert à Paris allait m’en dire davantage sur celui dont le nom sonnait pendant des années comme un simple “Craig Walter, le chanteur de…”.

Début du show électrique avec pas moins de 100 personnes dans la salle. Craig Walker a une voix particulièrement envoûtante qui peut sans problèmes passer sur des sons graves, malgré une batterie mal accordée (oui, je n’ai pas trouvé si drôle l’effet “je vais exploser les tympans des spectateurs”). Ce qui n’empêche pas de saluer l’excellent jeu du batteur.

A peine Tired Heart finie, que le groupe enchaine sur Photograph avec au passage un petit “Bonsoir” timide de Craig. Des solos de guitare entrainants qui nous conduisent jusqu’aux airs fantomatiques de Ghosts. On aurait pu croire que ce soir-là on ne connaitrait que des mélodies optimistes. Seulement, la mélancolie traînait des pieds et nous voila entrainés sur une vague d’amertume avec “You & Me“. Bonne coordination de Craig et son guitariste, l’entrelacement des guitares sur le refrain de “Strange Girl” est, comme disent les jeunes, “vraiment chouette !”.

S’en suit la meilleure partie du concert. Si on joue à “Trouve moi un morceau qui fait pleurer”, je ne pourrai pas ne pas penser à “Again“. Tellement planant et triste que rire ou sourire ne nous viennent même pas à l’idée… Aux premiers accords, on reconnait cet air qui nous est si familier, et Craig sait le rendre encore plus émouvant.

Le titre éponyme, “Siamese“, est, avec “Again“, celui qui rappelle le plus son passage chez Archive. La reprise de Lou Reed, “Perfect day“, colle parfaitement avec son timbre de voix. Notons la merveilleuse prestation de la chanteuse qui l’a accompagné sur ce titre. Un bon moment pour apprécier ce que Craig Walker maitrise finalement le mieux …

If I
Was to walk away,
From you, my love,
Could I laugh again ?
If I
Walk away from you
And leave my love
Could I laugh again ?

Pa-pa-paaaaaaa pa-pa-paaaaaaa, c’est l’heure du single “Summertime” et ses chœurs enivrants qui se révèlent plutôt agréables. Une musique séduisante qui brille par son ambiance aérienne et son refrain accrocheur. Un régal !

Arrive à la suite de cela le fade “Blackout” aux airs de Coldplay, il ne me restait qu’à reprendre ma discussion avec ma voisine et suspendre l’écoute de cette chanson.

En rappel, Craig Walker et son groupe reviennent interpréter “K-Trip” et “GoodBye“.

Craig Walker offrira pendant un peu moins d’une heure un joli aperçu de son premier album dont certaines chansons accrochent bien plus que d’autres.

NON ! Même sous la torture je ne dirais pas du mal de Craig Walker. Cette prestation live fut assez courte mais… quelques titres en valent la peine ! Sinon, allez savoir pourquoi mais je reste persuadé que Craig n’aurait jamais dû quitter Archive.

Photos : © Hanaofangel+ de photos du concert : Le HibOO.