Il fait humide, ce vendredi 13, entre Ménilmontant et Belleville. C’est en cette fin d’après midi que Désinvolt croise la route de cinq “guerriers d’apocalypse” de l’entente cordiale et expérimentale entre Zone Libre, Casey et B-James. A peine quelques heures avant de monter sur scène, et de faire monter la température de La Maroquinerie à des proportions volcaniques.

Le groupe nous accorde donc, avec gentillesse, un peu de son temps au milieu d’une organisation légèrement chaotique, pour un face à face improvisé. Ils sont là tous les 5: Casey et B-James les deux MC’s de la formation (issus du collectif Anfalsh), Cyril Bilbeaud le batteur (au passage merci pour l’accueil Cyril!), Marco Sens à la basse et Serge Teyssot-Gay à la guitare.

On fait rapidement le tour du projet, depuis l’idée de départ de Casey et Hamé (de La Rumeur, aujourd’hui remplacé par B-James), cette envie commune de ne pas se disperser dans des prérogatives pécuniaires et articides, ces cœurs saignants à ne surtout pas dissoudre dans l’eau polluée du marché. Deux mondes différents se font face, et l’impact à ce quelque chose de nucléaire, réactions en chaînes et scissions des convenances et des idées reçues. L’intransigeance créatrice de Sergio, le coté cash et attachant de Casey, bref ici pas de faux semblant, la soirée sera radicale, ou ne sera pas. Pas de fioritures, ici on crée, on lâche, on découpe, on arrache, on donne son âme pour faire ce en quoi l’on croît, sans concession (sans colorant, ni… conservateur), et moi j’adore ça.

La discussion se poursuit, pour découvrir que l’actu est bien là, que Zone Libre ne compte pas s’arrêter en si bon son, en ajoutant à leurs nombreux ciné-concerts (Zone Libre a même composé la musique d’un polar, Magma, prévu dans les salles pour cette fin 2009), le projet d’une suite à L’Angle Mort, toujours en collaboration avec B-James et Casey. Cette dernière sortira par ailleurs très bientôt son deuxième album, Libérez La Bête pour le début d’année 2010. Il faudra attendre un peu pour B-James, mais ça devrait sans aucun doute s’accélérer avec les prestations du bonhomme sur scène. Le collectif semble unis, prêt à en découdre, alliant les personnalités, les styles, les sensibilités, prêt à tout casser, l’expérimentation a du coffre et de la rage à revendre.

Le temps de remercier tout ce joli monde, et il est déjà l’heure de laisser le groupe à sa préparation, la soirée s’annonce bouillante, et… elle le sera. C’est une Maroquinnerie pleine comme un oeuf qui accueillera le show. La file d’attente est dense, ca trépigne, ca s’impatiente. Sans promo, sans média, la salle se remplie, et commence à frémir.

20h30, La Maroquinerie est pleine à craquer. La première partie vient de se terminer, on s’impatiente. La troupe débarque enfin sur scène, l’ambiance, déjà surchauffée, continue de faire monter le mercure. Cyril, Marco et Sergio, les trois de Zone Libre précèdent les deux MC’s. C’est parti pour un set plein, incisif, destructeur. Pas un son, pas une parole, ne concède au business un seul gramme d’authenticité.

    Set list du concert:

  1. L’Angle Mort
  2. 1/20
  3. Dans Nos Histoires
  4. Dernier Denier
  5. Purger Ma Peine
  6. Le Mort Vivant
  7. Une tête à la traîne
  8. Pentes Verglaçantes
  9. L’Exclu
  10. Le Fusil Dans L’Etui
  11. L’Angle Mort
  12. Rappel:

  13. Assault
  14. E.L.S.A.

Zone Libre envoie un rock inventif sur lequel viennent parfaitement se poser les flow de Casey et B-James. La densité des textes n’éffraient même pas la foule qui reprend par coeur les paroles au gré de l’enchainement des titres. Le coktail est détonnant, le public est rock, le public est rap, métissage des genres sur scène et dans la fosse. Casey semble avoir trouvé son public qui la réclame sans cesse. Riff à coup de perceuse, aux frontières du larsen. La transe s’empare de l’ambience, Serge Teyssot-Gay en moine shaolin aux accents de maître Jedï, dans le look, dans sa façon de bouger, puissance et agilité.

La sueur aura eu raison des baggys et des vestes en cuir, le concert se termine dans une explosion. Il faudra quelques minutes pour retoucher la terre, mon vocabulaire manque alors d’équivalence pour vous décrire cette atmosphère. Heureux d’avoir vécu et partager ce moment, sans faux-semblant, et le sourire final des artistes en sera l’ultime contentement.

L’album photos complet du concert
La chronique Désinvolt de L’Angle Mort
Zone Libre sur MySpace
Le site officiel de L’Angle Mort