On m’a annoncé il y a peu (c’est très relatif 😉 ) qu’il serait cool de faire notre bilan pour l’année 2009… On ne se rend pas compte du travail qu’il faut pour faire un bilan. Perso, comme j’ai la mémoire courte, j’ai dû retrouver mon journal intime et me retaper l’année entière… x_x’

2009, dans l’ordre ça a donné des waouw ! des oh ! des boaf ! des wah! des berk ! des mouais ! Des “ah ouais quand même” ! Je crois qu’on tient le meilleur aperçu de l’année dans cette phrase. Des détails ?

L’année 2009 s’entamait pour moi avec la douceur maîtrisée d’Ephrat[[Ephrat : chut, un ange passe…]] et le décalage humoristique (ou pas) de Pin-Up Went Down[[Pin-Up Went Down – 2 Unlimited]]. Rapidement, février m’a vu prendre une sacrée claque du nom de Cybion[[Kalisia, Cybion ou “Apprenez à écouter une révolution”
]] envoyée droit dans mes oreilles par Kalisia. Celui qui reste selon moi l’album prog de l’année m’a apporté, certes des maux de crâne, mais surtout une sorte de transcendance appolinienne… Je n’y ai rien compris, je n’y comprends rien… Ça vient ! J’ai pigé ! C’est bon ! Je viens !!!

J’aurais pu ne pas m’en remettre si le DVD live The Second Death Of Pain Of Salvation n’était pas sorti quelques semaines plus tard, avec une interprétation live de très bonne qualité de quelques-uns parmi les très nombreux meilleurs morceaux du groupe.

Et on enchaîne sans transition sur Insurgentes de Steven Wilson et “Harmony Korine” qui restera pendant longtemps une des plus belles chansons que j’ai pu écouter. Et si l’ensemble de l’album a pu sembler très vide car trop calme, il s’est révélé par la suite d’une profondeur musicale qui pousse à la réflexion, qui demande le temps de l’amadouer. Et cela n’a pas été grave, car avril a été plutôt pauvre.

A partir de mai, mon actualité musicale s’est emballée. Est-ce que c’est dû à la naissance de Désinvolt ? Certainement pas ! Depuis longtemps mélodivore, j’ai n’ai saisi qu’alors l’opportunité de faire partager mes découvertes…

C’est Edguy qui ont, les premiers, balancé la sauce en live avec Fucking with Fire où j’ai pu retrouver les nombreux jeux de Tobias Sammet avec son public, tel que je les avais moi-même vécus un an et demi plus tôt. Un bon moment, mais pas grand chose de neuf…
A partir de là, on prend une grosse inspiration. Stratovarius a sorti un Polaris inutile en gâchant le talent de Matias Kupiainen, jeune recrue qui en jetait pourtant. C’est dur !

Devin Townsend m’a permis de ne pas boire la tasse avec Ki[[Devin Townsend – Project Ki
]], apportant une nouvelle vague de fraicheur dans le métal à grands coups d’accords clairs de puissance claire, mais pas fade. 2009 nous aura au moins fait découvrir ça… Et quel meilleur moyen pour faire patienter jusqu’à la sortie de Black clouds and silver linings de Dream Theater ?
Oh mon dieu ! Disons plutôt que DT n’ont rien sorti en 2009, parce que si la technique exceptionnelle habituelle est bien présente, on croirait que les vétérans sont maintenant trop vieux pour s’adresser à nous. Ou bien ai-je perdu ma patience ? Non, tant bien que mal, à force d’écoute et d’écoute, ce CD est toujours aussi peu expressif. Je garde l’espoir de les voir un jour se prendre une grosse claque de leurs fans pour mieux se relever…

L’année se poursuit, Arjen Lucassen a sorti en septembre son dernier né Guilt Machine [[Arjen Lucassen – Guilt Machine]] qui m’a donné envie de pleurer de désespoir. Si quelques détails de bonnes factures ont permis de remonter le niveau, ce CD n’était en tout et pour tout que 50 minutes de bruits sur un morceau de plastique manquant cruellement de profondeur et d’expressivité.

Deux semaines après, Porcupine Tree, qui m’avaient toujours fait de bonne surprises, ont sorti The Incident [[Porcupine Tree – The Incident]]. La joie d’entendre enfin les nouveaux morceaux de ce groupe emblématique du prog anglais m’a caché la vérité… Avec le recul, on est loin du niveau des trois albums précédent… C’est sympa, mais bon… J’ai peur que ce groupe ne devienne plus que l’ombre de lui même. De même que pour Dream Theater, les “grands” du prog se doivent maintenant de laisser d’autres prendre le relais…

Passons à Sonata Artica. Enfin ! Un album passablement intéressant pour le second semestre. L’intro de Days of grey[[Sonata Arctica – The Days Of Grays]] m’a scotché, le premier morceau également et le reste a suivi. Le groupe a bien poursuivi dans l’orientation d’Unia et le résultat est plus que satisfaisant : mature, expressif et toujours prenant.

L’heure arrive pour le CD qui s’est trouvé parmi les plus attendus de l’année. Mi octobre, Rammstein sort enfin le désiré Liebe ist fur alle da dont le “Rammlied” a du faire rêver nombre de fans (c’est encore plus bandant en live !), mais dans l’ensemble, à part quelques chansons sympathiques, on reste sur notre faim.

A coté de ça, j’ai aussi eu le plaisir de découvrir (un peu tard mais quand même) The Agonist et leur album Lullabies for a Dormant Mind[[The Agonist – Lullabies for the Dormant Mind]]. Très bonne découverte pour ma part, je vais m’atteler à suivre leur actualité d’un peu plus près, parce que là, c’est clairement un groupe qui envoie le pâté !!

En novembre, on ne sait pas trop ce qui s’est passé… Pain of Salvation a sorti son EP Linoleum[[Pain Of Salvation – Linoleum]] qui a redonné un nouveau sens au pathos artistique. Avec Days of Grey, c’est la sortie qui m’a le moins déçue malgré des attentes énormes. Il m’a surpris, ça oui, car le revirement du groupe a été brutal, mais le résultat est décoiffant, aussi bon pour découvrir PoS que pour nous faire patienter jusqu’à la sortie du double album Road Salt courant 2010.

Quatre jours après (mais on n’a plus le temps de respirer maintenant !), Addicted[[The Devin Townsend Project – Addicted]] a marqué un retour en force dans l’univers du métal prog’ multi-niveaux de Devin Townsend. Dans la lignée de Ki, cet album a été ma deuxième grosse claque de l’année, et la voix d’Anneke van Giersbergen, contrôlée par les doigts experts du magicien du métal, n’y est pas pour rien.

Enfin, 2009 m’a réservé une dernière bonne surprise. Freak Kitchen m’a caché la sortie de Land Of the Freaks jusqu’à sa dernière semaine. J’espère bien trouver rapidement le temps nécessaire pour vous présenter comme il se doit le groupe du talentueux Mattias IA Eklundh.

Malheureusement pour moi, l’année prog s’est arrêtée en novembre 2009, d’autres obligations m’ont retenu loin de mon stylo à pixel et je n’ai pas pu être très présent sur le site depuis. Je suis surtout déçu de n’avoir pas encore pris le temps de vous présenter Freak Kitchen et surtout Les Blaireaux qui, s’ils ne sont pas dans mon registre habituel, m’ont donné l’honneur d’une interview qui devrait bientôt paraître, suivi d’un live report d’un spectacle inoubliable.

Bon, ben ça va être l’heure…

Attendez ! Mais enfin, le moment du bilan, c’est aussi le moment de faire le point sur ce qui nous attend en 2010 ! De mon côté, pas mal de choses sont prévues avec pour commencer, un live des Blaireaux pour janvier, ainsi qu’un album pour juin ; 342 de Pin-Up Went Down se fait aussi attendre cruellement, au moins autant que Road Salt de Pain of Salvation et Deconstruction de Devin Townsend. Entre autres, c’est aussi un nouvel opus pour Airbourne qui se prépare, ou encore le premier album solo de l’emblématique Slash, “guitar hero” de son état. (J’ai l’impression que même à mon âge, on trouve toujours le moyen de faire sa liste au Père Noël ^^)

J’espère que pour vous 2009 aura été une année riche de découvertes musicales et que notre équipe s’est trouvée à la hauteur de ses ambitions pour vous apporter du neuf ! N’hésitez pas à nous faire vos commentaires sur votre année, vos attentes pour 2010 et espérons que nous aurons tous de bonnes surprises… ^^

Bonne année à tous