Ce vendredi 29 janvier 2009, la plupart des fans de hip-hop made in Ouest de la France ont pu régaler leur oreilles et se tordre le cou durant le concert de Popplin’ Jam organisé à Pornic.
Hip-hop made in Ouest de La France? C’est-à-dire, un son métissé comme on peut l’entendre depuis quelques années déjà, loin des clichés et des stéréotypes qui viennent souvent se coller à ce style de musique. Guitares et basses viennent côtoyer le scratch et parole rappée.

Ce hip-hop dont on parle, casse les clivages et les frontières pour le bonheur de tous les mélomanes. Un son qui rassemble… bref! Un son comme on l’aime. Et à en juger par le public qui peuplait la salle de l’Amphithéâtre hier soir dès 20h30, des jeunes, des moins jeunes, des casquettes à l’envers, des chapeaux, des pantalons sarouel, des baggies… Autant dire que tout ce petit monde n’a pas grandi avec IAM et NTM dans son baladeur K7!
Et dans le cas de Popplin’ Jam, on pourrait penser la même chose.

Premier tour d’horizon en entrant dans la salle et on découvre la scène: plusieurs guitares, une basses, une batterie, un violoncelle, des platines et un clavier.
Le show que nous réserve le groupe promet déjà quelques surprises!
A peine 21h, les lumières se tamisent et le groupe se met en place. 7 musiciens dont une femme, tous âgés d’une vingtaine d’années environ.

Et sans perdre un instant le groupe se met en selle et fait ce qu’il sait faire de mieux: de la musique.
Une basse funk survoltée, un guitariste prêt à péter ses cordes quitte à se les manger en plein dans la tête, un batteur qui sait comment s’adresser au public avec ses baguettes, un DJ précis dans ses passes et au micro, un maître de cérémonie plus inspiré que jamais.

Le sourire accroché aux lèvres, il aura suffi d’une chanson pour faire l’unanimité, noyé sous les applaudissements et les hurlements du public.
Étonnement chez le groupe, ce qui vaudra d’ailleurs un appel de la part de Mathieu le chanteur du groupe, lancé à tout le public visiblement content d’être là: “Mais vous étiez où avant?”

On monte en pression tout le début du concert avant de retomber avec la chanson Transhumance où clavier et violoncelle apportent vraiment une touche de fraîcheur au milieu de tout ça, venant aérer l’espace autour de nous.

On reste suspendu aux lèvres de cette formation pornicaise, qui a fêté son premier anniversaire en juin dernier et impressionne déjà par sa maîtrise.

Côté flow, Mathieu joue avec les mots dans ses textes aussi bien qu’avec son public, n’hésitant pas à le prendre par la main pour l’emmener avec lui et ainsi le faire entrer dans son univers, entre variété et hip-hop.

Et quand les mots se font discrets, Popplin’ n’hésite pas à laisser parler la musique pendant quelques minutes. Le temps de présenter toute l’équipe, chacun y va de son solo et tout est bon pour réveiller encore un peu la foule et remuer ses fesses: les “Check it Out!” et autres “Ah, Yeah!” balancé par DJ Rexam font leur petit effet tandis que tout le monde s’agite sur Cavalier un des derniers morceaux du concert !

Pas de doute, il y a du groove chez Popplin’ Jam!

Sur scène, le groupe a vraiment trouvé sa voie, celle d’une fusion entre funk et hip-hop, dont on a pu écouter les prémices dans un premier maxi Arbre des Sens.
Aujourd’hui Popplin’ Jam a su puiser le meilleur chez tous les groupes qu’il affectionne: Hocus Pocus pour le côté multi-instrumentiste et hip-hop, IAM, Adb Al Malik pour le verbe et peut être Isaac Hayes pour le funk!

Après une petite heure de concert (petite déception là-dessus) les lumières s’éteignent et le groupe quitte la scène, encore une fois sous les applaudissements afin de laisser la place aux deux autres groupes de la soirée: Tribeqa et Dajla.
Popplin’ Jam a prévu d’enregistrer de nouvelles chansons cette année. En espérant pouvoir les découvrir bientôt sur scène, on gardera le souvenir d’un groupe à l’énergie communicative et plein de fraîcheur qui malgré son jeune âge, n’a rien à envier à ses contemporains.

Myspace