Le HellFest, le plus gros festival de métal français et le plus important festival de musiques actuelles en Pays de la Loire, a de nouveau été victime des a-priori et des amalgames. L’année dernière, plusieurs associations religieuses ont tenté d’empêcher son déroulement en protestant contre le coté satanique mis en avant par certains groupes, ce qui a eu pour conséquence de faire perdre deux sponsors importants du festival, avec une répercussion sur le prix des places.

En parallèle, depuis quelques temps, les politiques tentent de trouver un moyen d’interdire ce festival qu’ils jugent néfaste pour l’image de la France. C’est désormais toute une campagne politique qui s’organise autour de cet argument dans le cadre des élections régionales en Pays de la Loire.

Rappelons que le coté “satanique” est généralement un jeu avancé par certains groupes. Il s’agit plus souvent d’un moyen d’exprimer un mal-être par la musique et la mise en scène plutôt que d’encourager l’incendie d’églises et la profanation des tombes.

Finalement, nous n’en retiendrons que la diversité culturelle n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement actuel. Il suffit de rencontrer les habitants de la ville de Clisson, lieu du festival, pour qu’ils vous expliquent simplement que les a-priori ne restent que des a-priori et que ce festival a souvent moins de répercussion sur son environnement direct que d’autres, pour ne pas citer les Francofolies. Que l’on aime ou pas le métal, il faut à tout le moins savoir de quoi l’on parle pour prendre part au débat, pour cela je vous encourage à regarder le documentaire “Metal : A Headbanger’s Journey” qui fait le tri entre les a-priori et les réalités de la culture du métal.

Je rajouterai quelque chose auquel les politiques ne pensent peut-être pas : interdire un festival tel que le HellFest, c’est le meilleur moyen d’encourager la profanation des tombes, les incendies d’églises et désormais aussi les bâtiments de l’Etat. Empêcher une catharsis, c’est souvent donner un second souffle à ses auteurs. Et si l’on ne souhaite entendre que les arguments économiques, le Hellfest a regroupé l’an passé plus de 50 000 spectateurs venus du monde entier et qui ont dépensé en trois jours des sommes considérables…

Source : www.hellfest.fr