Hip Opsession, Nantes,

dimanche 21 février 2010.

Salle : L’ Olympic, 20h30.

Après l’interview du groupe l’après-midi, rendez-vous est donné le soir même. Leur nouvel album Tout Va Bien, un nouveau spectacle présentant les opus, c’est l’heure de voir un peu comment tout ça s’articule, là où Nouvel R a fait ses premières armes, c’est à dire sur scène.

C’est la fin de N’Krumah, le rappeur sénégalais qui a eu pour mission de réchauffer l’ambiance hivernale qui régnait ici en début de soirée, accompagné d’un DJ, un flutiste/bassiste et d’un beat boxeur.

Quelques minutes plus tard, c’est désormais DJ Dox et Shen Roc (beat box) que l’on peut voir s’installer sur scène.
Lumière tamisée, on envoie la fumée, d’un coup de poignet Dox lance son vinyl et c’est Shen Roc qui s’avance, pour l’ouverture du show, micro en main, prêt à lâcher son human beat box qu’il connait sur le bout de la langue.

Tout le monde applaudit le talent de l’imitateur alors que acculés dans l’ombre, les 4 MC’s (SSeca, Binzen, Koni et Geni-K) ainsi que le bassiste (Paï Paï) font leur apparition sur les planches, comme on enfonce une porte avec le morceau Grain De Folie issu de leur premier album.

Débordant d’énergie, on sent de tout de suite l’expérience de la scène accumulée depuis ces dernières années, tout le monde est à sa place, se donne la réplique, la mise en scène est précise et chacun joue son rôle
sans oublier pourtant le public venu assister au spectacle. Le résultat est à l’image de leur musique, mélange d’électro/hip-hop fracassant.

Et quand les 4 rappeurs se font discrets, on voit que Shen Roc n’est jamais très loin pour une nouvelle démonstration de beat-boxing.

A chaque nouvelle chansons, une histoire. Et c’est bien là que le groupe s’illustre, insistant autant sur la forme que sur le fond, captant ainsi toute l’attention de son auditoire.
Le meilleur exemple: Masta, titre phare du nouvel album et pamphlet sur l’intégrisme religieux. Puissant, l’instru prend toute son ampleur sur scène, les basses ronflantes viennent marteler le sol et font littéralement vibrer les murs.
Les 3 MC’s présents sur le titre, stoïques, plongés dans le noir, le visage éclairé sous un halo de lumière (SSeca, Binzen et Geni-K) s’emparent tour à tour du micro (à la manière des enfants qui pour se faire peur, pointe une lampe torche sous leur menton avant de raconter une histoire effrayante).

Et des histoires chez Nouvel R, toutes ne sont pas roses.
Comme celle d’un ouvrier à qui on vient d’annoncer la délocalisation de son entreprise et son licenciement prochain quand arrive le titre la Machine (troublant de véracité).
Un hip-hop qui renoue avec celui des belles années 90, là où le rap avait encore des choses à dire, et au vu des applaudissements qui ponctuent chaque prestations on peut dire que tout le monde est conquis.

Le groupe se permet même quelques touches d’humour, le tout, teinté d’ironie lorsqu’ils jouent des titres comme Whoops/Chassilly Night Fever ou encore Chuck Maurice où on peut assister à une courte démonstration “d’à peu-près Kung-Fu” de la part du groupe.

Nouvel R nous avait prévenus “Je Reviendrai” disaient-ils.
Et quand arrive le dernier morceau Un minimum, on comprend que le retour a été bruyant et remarqué.
Un nouveau show, enrichi grâce aux nouveaux morceaux et à l’énergie déployée sur scène.
Pour les amateurs de rap qui iront les voir, les nostalgiques d’une époque où le hip-hop alliaient le fond et la forme, ceux-là ne seront pas déçus.

Photos : © David Gallard.

Site Officiel


Myspace de Nouvel R


Myspace Hip-Hop Kanou


Présentation de l’association L’R De Rien


Plus de photos sur Flickr