Alors que The Rolling Stones font leur entrée en scène avec (I Can’t Get No) Satisfaction, The Beatles sortent leur 6ème album avec Rubber Soul et confirment ainsi leur succès et parmi tout ça, débarque sans que l’on s’y attende The Who avec une chanson qui fait très rapidement le tour des ondes radio jusqu’à se hisser à la plus haute place des charts de l’époque, My generation. C’était en 1965.

Cette chanson précède la sortie de l’album My Generation (The Who Sings My Generation pour les E-U), disque éponyme du groupe mythique londonien.
Une chanson qui marque un tournant dans l’Histoire du Rock et qui restera une référence, encore aujourd’hui pour de nombreux artistes.

The Clash n’était pas encore né que The Who déjà, s’adonnait avec My Generation aux prémices de ce que serait le punk quelques années plus tard. Un rock agressif, violent, mené tambour battant par le jeu anarchique et chaotique de Keith Moon à la batterie, ajouté à des paroles provocantes et sociales. Un ton délibérement rendu célèbre ici par cette rime “I hope I die before I get old“.

Le morceau écrit par Pete Townshend relate l’inquiétude que peuvent éprouver les jeunes de sa génération face à l’avenir :

People try to put us d-down (Talkin’ ’bout my generation)


Just because we g-g-get around (Talkin’ ’bout my generation)


Things they do look awful c-c-cold (Talkin’ ’bout my generation)


Yeah, I hope I die before I get old (Talkin’ ’bout my generation)

A sa sortie, le quatuor a tout de suite attiré l’attention et The Who est devenu le porte-parole d’une jeunesse en contradiction avec la société de l’époque, les Mods (avec qui ils n’ont rien à voir d’ailleurs). Définis comme des petits bourgeois, s’habillant avec classe et issu de la culture club des année 50.
Habitué des drogues comme les amphétamines qui se sont considérablement développées durant cette décennie en Angleterre, Roger Daltray chantera lors de l’enregistrement de My Generation en ponctuant sa prestation de bégaiements, qui est l’un des effets typiques des consommateurs de cette drogue.

Même si ce titre, avec 10 ans d’avance sur son temps, a posé les bases d’une sous-culture musicale plus que reconnue aujourd’hui, il a surtout permis à The Who (âgés d’à peine 20 ans à l’époque) de rentrer dans la légende. Un groupe à l’énergie, l’originalité et la folie rarement égalées encore aujourd’hui.

Site Officiel


Parole et traduction de My Generation


Wikipedia


Ecouter My Generation Deluxe Edition sur Deezer