Pour les jeunes qui ne connaissaient pas Iggy Pop à l’époque (et qui ont 21 ans aujourd’hui), parce que le rock c’est nul et nous on préfère le rap, ils ont sûrement découvert le personnage avec cette chanson joué dans le film culte de Danny Boyle, Trainspotting où la chronique quotidienne de drogués vivant en Ecosse.
Ewan McGregor court dans la rue après avoir dérobé plusieurs objets dans un magasins et ainsi échappe à ses poursuivants.
A ce moment apparait ce rythme de batterie devenu légendaire, sorte de rhythm’n’blues bien rock, qui donne envie de s’agiter et de se tortiller dans tout les sens.

Petit retour en arrière. L’Iguane, Iggy Pop période Kill City. Perdu dans les drogues et autres excès en tous genres, le reptile a quitté les Stooges pour se la jouer en solo (enfin presque) et délivré un peu partout son punk/rock violent et subversif.
Mais les maisons de disques n’apprécient pas du tout et Iggy s’enfonce un peu plus dans le déchéance.

Lust For Life surgit alors comme une lueur d’espoir pour le chanteur. En 1977 est apparut une main bienfaisante qui l’a tiré du fond du trou pour le remettre sur le droit chemin. Une main plus connue sous le nom de David Bowie.
Avec Lust For Life, ils signent leur deuxième collaborations (après The Idiot).

Iggy Pop livre ici des textes plus introspectifs faisant écho à ses démons passés. Un de ces moments où la musique joue un rôle thérapeutique pour l’artiste. On peut d’ailleurs y voir une référence sur la pochette de l’album: Iggy Pop, tout sourire, celui d’un fou tout juste sorti d’un asile (établissement où il a passé 1 an de sa vie).
Ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’Iggy Pop a fait de Lust For Life le titre ainsi que le morceau d’ouverture de l’album.

Fini les drogues, l’alcool et les excès. Iggy à la rage de vivre (Lust For Life!) et c’est ce qui le fait tenir. L’homme est de retour au meilleur de sa forme et le succès (critique et commercial) est au rendez-vous.

No more beating my brains
No more beating my brains
With the liquor and drugs
With the liquor and drugs
Well, I’m just a modern guy
Of course, I’ve had it in my ear before
‘Cause, of a lust for life (lust for life)
‘Cause of a lust for life (lust for life, oooo)
I’ve got a lust for life (oooh)
Got a lust for life (oooh)

L’énergie dégagée par la production de Bowie, les cris lancés par le chœur lors du refrain traduisent bien cette vitalité et cette force qui ont fait de cette chanson un hymne à la vie. Iggy est un punk, c’est sûr. De là à crier “No Future!”… Il a en tout cas laissé le mégaphone sur la table pour d’autres, à commencer par The Clash en 1979 avec London Calling ou encore d’autres groupes comme les Sex Pistols.

Site officiel de Iggy Pop
Traduction de la chanson Lust For Life