Je la sens cette fatigue au réveil, ce samedi 3 Juillet 2010, dans ma chambre d’hôtel moite, pas climatisée, cette sale impression d’étouffer. Oui, quand tu es capable de faire une crise d’angoisse en plein air, je te laisse imaginer le fait de se réveiller, fatigué, dans cinq mètres carré…

Mais le temps de dix minutes, le temps de regarder autour de moi, de voir un amas de câbles, de voir mon téléphone qui vibre déjà, mes appareils photos, je sais que je suis là pour autre chose, pour les Eurockéennes, pour ma passion, alors une douche, et au combat.

La deuxième journée aura été la plus éprouvante, déjà parce que c’est celle où la tension est la plus sensible, ensuite parce qu’après s’être couché à 5 heures, repartir à 11 pour courir jusqu’au lendemain présage du lourd. Et la chaleur a été la plus accablante ce jour-là, malgré une averse magique en début de nuit, du genre à te punir d’être photographe, mais que tu courrais bien tout nu dessous, tellement tu as chaud.

Airbourne

Oui, cette journée j’ai essayé d’en prendre plein la gueule, et quand tu émerges, ce groupe c’est une énorme baffe. C’est du Hard Rock dans la plus pure tradition : ils sont très scéniques, ils font du “HeadBang” à tout va, ils courent, ils sautent, ils hurlent, et oh le monsieur monte en haut de la scène, ah il monte même à dix mètres sur le pilier. Dès leur entrée, j’étais séduit, forcément arriver sur scène sur le générique de Terminator 2 en impose . Et le public s’est déchaîné et je crois que la poussière soulevée par cette masse, elle est due à une énergie : celle du rock.

p.s : Sur le mur d’amplis derrière eux, seuls quelques-uns étaient câblés, encore une manière d’imposer son image.

Broken Social Scene

Groupe Canadien, un peu une sorte de best-of de la scène rock canadienne. Je les ai trouvés magiques, hypnotiques. Une découverte pour moi, pour qui le rock Canadien tournait autour d’Arcade Fire. J’imagine que ces derniers ont plus ou moins encouragé le succès de ce groupe. A voir en live.

General Elektriks

Allez, cachons-nous sous le chapiteau, pour prendre une claque. Tant le gratteux en face de moi est bon, tant il me donne envie de le canarder. Grosse bombe en live au genre inqualifiable, mais à l’énergie inquantifiable. Le public suit bien et se retrouve à sauter à tout va, et encore une fois la magie a pris, le leader RV envoie son son, suivi avec brio.

Ghinzu

Oui, on ne présente plus le groupe belge, de Monsieur John ‘fucking’ Stargasm. Son public est toujours là, toujours aussi passionné, toujours aussi magique, et lui sur scène, il fout le feu, même si on a le droit de shooter six chansons, voire cinq, on a l’impression d’en faire qu’une seule tellement il subjugue. Ghinzu n’a plus à prouver son statut de légende, et que ce soit en concert ou en festival, leur show est bandant.

Mes coups de cœur. La fin de la soirée fut humide, voire trempée durant le set de The Hives qui impressionne par l’énergie déployée sur scène, pour une date unique en France, à Belfort. Vraiment dément !

La fin de la nuit se conclut par un set de Vitalic, puissant, technique, et très visuel. Le public suit, et sautille. Bon j’avoue, ils sont déchaînés, ils hurlent, la fatigue ne semble plus avoir d’effet, quelques corps traînent ça et là sur le site, mais on leur accorde que la chaleur aura eu raison d’eux… ou l’alcool…

Les Eurockéennes de Belfort 2010

Airbourne on MySpace
General Elektriks on MySpace
Broken Social Scene on MySpace
Ghinzu on MySpace

Voir la galerie complète sur Flickr

Bonus : Le solo du leader d’Airbourne à 20 mètres de hauteur: