Alors Sam, t’as écouté ce dont je t’ai parlé hier soir ?” – moi, avec le cerveau qui ne demande qu’à sortir de mon crâne, signe d’une belle gueule de bois : “Euh… non, je ne m’en souviens pas, tu m’as parlé de quoi ?” Là, flash ! Retour en arrière. Je suis, 24 heures plus tôt, dans l’appartement d’un ami, un verre de vodka-orange à la main et déjà bien entamé (moi, pas le verre). On me montre sur un écran, une vidéo extrait d’une émission de Taratata. Un truc vachement dansant à base de guitares/batteries et qui sonne bizarrement disco/rock dans mes oreilles. A la fois lourd, énergique et très groovy, que du bonheur en somme ! Malheureusement, les effluves de l’alcool m’ayant fait tomber du côté obscur cette nuit-là, impossible de me rappeler de cette scène ni du nom du groupe ! “Non, je ne me sens plus là, moi-même“, écrivait Apollinaire.

Il a fallu que j’aie cette conversation pour ensuite retomber sur cette vidéo et profiter pleinement de la performance de cette formation.

Pop Culture, de Creature… Craquements secs, roulement de tambours, déchirure dans les airs : c’est le bruit de la foudre frappant le cœur ! Rappelons juste que ce groupe montréalais a sorti chez eux No Sleep At All en 2008 (rien à voir avec le No Sleep At All de Motorhead de 88), après avoir participé aux premières parties de Mika, Our Lady Peace et y avoir connu un franc succès. Un an déjà, c’est un peu tard pour faire les présentations mais lorsque j’ai découvert (ou plutôt redécouvert) cette vidéo j’ai eu envie de parler de ce groupe et qui sait, de le faire découvrir à ceux qui comme moi l’auraient raté de peu ! L’album est arrivé en France sous sa forme physique depuis le 15 février dernier ! Avis aux retardataires !

Pourquoi ce groupe connait un tel engouement depuis 2008, peut-on se demander? C’est que Creature rassemble en eux tout ce que la pop a produit de meilleur depuis ces 30 dernières années : new wave, punk, rock, hip-hop et même disco, aucun style ne distille assez d’énergie pour que Kim Ho et sa bande d’allumés fans de Brigitte Bardot puissent à leur tour exploser. Leur truc : s’inspirer de ce qui se faisait avant : Stuck In The Sound, B’52, MC5… l’emmagasiner dans sa gratte et ensuite seulement en restituer un bon gros riff dépouillé accompagnés de sonorités électroniques. Autant dire que tout ça envoie du bois dans la chaudière et que le train fonce à toute vitesse ! Brigitte Bardot, Don’t Be Afraid et Kandahar par exemple sont de cette trempe et quand on entend Who’s Hot Who’s Not, impossible de ne pas penser à Kurtis Blow et The Breaks. Je disais que cet album n’avait rien à voir avec son homonyme de 88 ? En fait si, il se pourrait qu’ils aient en commun cette énergie profondément rock qui fait bouger les têtes et accélérer le cœur jusqu’à l’essouffler !

Un premier album sans fausse note et déjà une suite d’annoncée avec, selon les rumeurs, une participation de Deborah Harry la chanteuse de Blondie ! Jusque là c’est décidé, j’arrête de boire !

Site Officiel
MySpace
Ecouter No Sleep At All sur Deezer