Afin de réchauffer les esprits et les corps en cette péridoe de froid hivernal, Pick Up et Sweat Lodge ont tenu à organisée une nouvelle soirée (la dernière, Dark Side Of The Clown s’était tenu en 2009), mais cette fois dans la salle préféré des amateurs de bonne “zik”, l’Olympic. L’occasion pour ceux qui avaient raté le précédent événement de retrouver en tête d’affiche le monstre Casey (qui était déjà montée sur scène en 2009 avec Zone Libre et Hamé) ainsi que le trio anglais Freestylers venu déversé son “big beat” allumé dans les oreilles du public nantais. Une seule soirée, deux ambiances. La rencontre du hip-hop et de l’électro qui vient clôturer le festival Migrant’ Scène. Pick Up et Sweat Lodge l’avaient annoncée comme LA soirée à ne pas raté ce mois de Novembre 2010 ; retour sur son déroulement.

00h. Le concert de Casey était à présent  terminé et la soirée déjà bien avancée. En  descendant aux toilettes évacuer ma 1664 je  surprend une conversation : “T’es venu pour  Casey toi ? Ouais C’était bien, mais tu vas  voir, là Freestylers, ça va être magique !”  Hum… un connaisseur apparemment. Un  connaisseur un peu éméché mais un  connaisseur quand même ! Et tandis que je  retourne dans la salle, c’est Mr Samy et Dj One-Up qui se chargent maintenant de chauffer les esprits avec une partition hip-hop, reggae, drum’n’bass enflammée ! Le flow mutant et fouetté à mort de Samy s’adapte à tous les styles et la prestation de One-Up est impeccable.

Le public se rapproche se met à danser, gesticuler dans tous les sens et au son du reggae, les premières dreds font leur entrées. On entre ici dans la deuxième partie de cette soirée. Les bières ont été troqué contre des doses de whisky ou de vodka, les gens commencent à tituber, le sol colle, les décibels sont toujours aussi hauts et l’ambiance est plus que jamais au rendez-vous. On a pas eu à attendre longtemps avant l’incontournable sketch du mec-bourré-comme-un-coin-qui-monte-sur-scène-et-s’amuse-à-emmerder-le-gars-de-la-sécurité-juste-en-dessous-lui. Lui par contre aura eu plus de chance que d’autres, gentiment raccompagnés à la sortie. A la fin du show de Samy et One-Up : “Mauvaise nouvelle les gars, Freestylers aura quelques minutes de retard, ils sont sur la route là !” Aucun problème ! En attendant, on improvise un set techno bien bourrin et dégoulinant comme on les aime histoire de maintenir le moral des troupes !

1h30. “Push up !” La salle qui était pleine jusque là perd quelques affiliés lorsque retentit les premières notes de Push Up, vieux tube dance du groupe Freestylers. Une personne que je soupçonne d’être sous l’emprise de substances illégales me caresse les cheveux au passage. Sûrement l’oefforie du moment. Une nouvelle fois les lumières s’éteignent, Aston Harvey et Matt Cantor les deux anglais formant le duo Freestylers jusque là planqués dans l’ombre débarquent sur scène. C’est environ à partir de ce moment que la soirée à pris une véritable allure de fête. Une fois l’introduction passée (sur un faux air de 20th Century Fox) Freestylers entre dans le vif du sujet avec un son étonnamment techno. Pour les fans de Adventures In Freestyle (voir la chronique de Désinvolt ici) le décalage peut choquer. Pourtant le public s’est tout de suite accroché au rythme et s’en donne à coeur joie. Matt Cantor, le “monsieur muscle” au crâne rasé derrière ses platines n’oublie pas de poser sa bouteille de champagne devant lui tandis que le MC, SirReal fait son entré. Sympa comme type ; entre deux verres et un titre il prend même un moment pour discuter avec ses admirateurs juste en dessous lui : “Désolé, je ne comprends, je ne parle pas français !” Et le show redémarre. Par moment ça ressemble à du grand n’importe quoi mais qu’importe, l’énergie est là et pour les amateurs qui auraient reconnu SirReal, ceux là n’attendent qu’une chose. Le morceau Painkiller, déferlante drum’n’bass où le MC vient poser son flow à la limite du hip-hop et du ragga. Du bon Freestylers comme on voulait l’entendre !

A la fin du show, je suis rentré chez moi, me frayant un chemin à travers la foule à moitié comateuse. C’est un peu toujours comme ça les concerts et les gros événements au final. On vient bourré… de bonnes intentions, soutenir les groupes qu’on apprécient et se lâcher. Et on repart pour le coup, très aviné et les oreilles qui sifflent. Sacré public nantais, amoureux de la musique.

Myspace