Troisième album pour le latino El Guincho révélé en 2008 avec son deuxième album Alegranza, une île des Canaries (où il vit le soleil pour la première fois), qui refluait les références maritimes et d’où résonnaient les airs tropicaux presque transcendantaux dont lui seul a le secret. Alegranza était une expérience électronique où l’usage massif des samples et le mélanges des cultures, celle de la musique club et de la “tropicalia” des 70’s ont réveillé un peu l’intérêt pour le bonhomme, qui jusque-là restait injustement négligé.

Dorénavant suivi de très près par le public, El Guincho confirme avec Pop Negro, ses qualités de compositeur et d’ambianceur. Bourré depuis tout petit à la musique populaire  brésilienne et en particulier à la scène des 60’s-70’s où est apparue la “tropicalia” (véritable mouvement qui en musique fusionne avec les sonorités brésiliennes, rythmes africains et rock) et résidant depuis ses 18 ans à Barcelone, le jeune Pablo Díaz-Reixa confirme son goût pour les rythmes chauds, dansants et affine, avec Pop Negro, son style inclassable. Certains le placent depuis entre Animal Collective et Os Mutantes. La comparaison n’est pas tout à fait juste. Si la rencontre entre les distorsions électroniques du premier et l’humeur “caliente” du deuxième rappellent d’instinct ces deux références, se limiter à cette définition serait assez réducteur (même si chez nous on aime bien mettre des étiquettes pour pouvoir bien ranger les choses à leurs places).

Pop Negro est donc arrivé à point pour faire entendre à tout le monde sa voix. Bombay, premier morceau du disque -qui bénéficie au passage d’un superbe clip-, à la manière d’Odessa du canadien Caribou (à ranger lui aussi dans la scène électronique indé), estompe habilement les frontières en embrassant les genres à bras grands ouverts : percussions caraïbéennes, afro-beat et guitare rythmique presque psychédélique… Comme son homologue canadien, El Guincho insuffle quelque chose d’hypnotisant dans sa musique qui la rend unique. Et la chaleur qui s’en échappe ne peut que séduire l’oreille. Novias, deuxième titre de l’album prend le relais au rythme d’une guitare exotique, mélodie répétitive, et tout de suite, on prend le train en marche, direction les îles ! Les neufs (petites) pistes s’enchaînent alors à toute allure et chaque arrêt entre les morceaux marque l’annonce d’un nouveau pas en terre inconnue. Un voyage qui s’achèvera sur le très pop Danza Invinto, construit autour de son refrain : “Oyes El Ritmo…” et qui vient clore l’expérience Pop NegroEl Guincho a trouvé la recette pour animer les foules, le “space-age exotique” comme il l’appelle. La définition semble bien s’y prêter tellement sa musique semble venir d’ailleurs…

Tracklist :

  1. Bombay
  2. Novais
  3. Ghetto Facil
  4. Soca Del Eclipse
  5. Lycra Mystral
  6. FM an Sexy
  7. Muerte Midi
  8. (Chica-Oh) Drims
  9. Danza Invinto

Site Officiel
Myspace
Ecouter Pop Negro sur Deezer
Ecouter Alegranza sur Deezer