1978, Angleterre. Le mouvement punk vient tout juste de faire son apparition mené tambour battant, ou plutôt, batterie cinglante par des groupes comme Sex Pistols, The Clash, Shame 69, Gang Of Four ou encore Eddie And The Hot Rods. Même si c’est dure, on essaie un peu d’oublier les Beatles. Toutes les oreilles se tournent vers un son plus dure et sale, le hard-rock de Led Zeppelin ou de Deep Purple répond plutôt bien, même très bien, à cette attente. Les Rolling Stones eux, sont maintenants célèbres depuis un moment déjà. Leur musique, mélange de rock’n’roll pur et dur et de blues américain a largement séduit les foules. Mick Jagger fricote de plus en plus avec la bourgeoisie tandis que Keith Richards se défonce à longueur de journée. C’est cette année que le groupe a choisit de sortir Some Girls, l’un de leurs meilleurs album. Alors que tout le monde les attendaient encore une fois avec un premier single qui sent bon le Mississippi, les Stones eux vont la jouer à contre pied en lorgnant du côté du disco, autre style à la mode à l’époque. C’est alors que le titre Miss You débarque sur les ondes en mai 1978, toujours composé par les “Glimmer Twins” Jagger et Richards. Un succès qui atteindra encore une fois les hautes cimes du Billboard Hot 100 aux Etats-Unis ainsi que la 3ème place du classement en Angleterre.

“Courageux”. C’est le terme qui saute aussitôt à l’esprit lorsque l’on pense à Miss You. Les Rolling Stones qui incarnent désormais à eux seul l’essence du rock’n’roll, se mettent au disco ? Que les partisans de la reine se bouchent les oreilles ! Quand on sait qu’il y a dehors, des jeunes en cuir noir qui se frittent avec des policiers et recrachent leurs bières sur le bitume, on peut commencer à se faire du soucis pour Mike Jagger et sa bande. Pourtant Miss You devient un tube et le groupe ne sera pas inquiété davantage. Le morceau est un énorme trompe l’oeil pour le public anglais et la sortie de Some Girls remet tout en ordre. Si en effet, Miss You constitue le seul titre à sonner de cette façon, le reste de l’album a un goût de révolte et de rage, en plein dans l’air du temps. D’ailleurs le groupe renverse très intelligemment la situation dès le deuxième morceau du disque avec When The Whip Comes Down, véritable composition punk.

Etonnant donc que ce soit Miss You qui est marqué les esprits durant cette période. Peut-être que le public du groupe à vieillit lui aussi. Les Stones sillonnent les routes depuis plus de 15 pijes maintenant. Sans doute que les attentes ne sont plus les mêmes et qu’avec l’âge, les nouveaux adultes se sont assagis ? Il reste que les fans sont toujours aussi nombreux et fidèle à ceux qui les ont fait prendre leur pied avec (I Can’t Get No) Satisfaction. Miss You est un succès incontestable. Jamais une batterie n’avait sonné aussi bien qu’ici et jamais une mélodie n’avait été entêtante à ce point. “Ooh ooh ooh ooh ooh…”, les choeurs rappellent ceux de Sympathy For The Devil. Richards signe ici un titre incroyablement cool, d’une classe folle et la basse de Bill Wyman finit de nous entrainer vers la piste de danse afin de jouer des épaules et remuer les hanches. La participation de Sugar Blue à l’harmonica suffit à ajouter le cachet qu’il faut au morceau. Les Stones auraient pu tomber dans le ridicule mais c’est sans compter sur leurs savoir-faire.

Miss You constitue sans doute, la plus grande chanson disco de tout les temps. Les Rolling Stones prouve ainsi, 6 ans après leur plus beau projet Exile On Main Street, et après les problèmes internes au groupe survenus dans les 70’s (le procès en attente de Keith Richards arrêté en possession de drogues au Canada, le départ de Mick Taylor et Ian Stewart…), Miss You nous montre l’impressionnant parcours d’un groupe, qui a su résister au épreuves du temps sans jamais regarder derrière lui.

Site Officiel
Myspace
Le Club Des Stones
Ecouter Some Girls sur Deezer