A Madrid, place de La Puerta Del Sol, tout le monde ne reste pas planté sur son cul  en espérant voir passer devant sa tente l’ombre d’un changement ardement réclamé. La semaine dernière, la jeunesse espagnole s’est félicitée, en désertant la place, d’une victoire (en demi-teinte) sur le nouveau projet de loi sociale annoncé par le gouvernement. Un mouvement souvent qualifié d’inédit et d’atypique par les journaleux. Il est vrai qu’aujourd’hui la jeunesse espagnole présente quelque chose de surprenant. Révélateur d’un réveil en sursaut des consciences, le mouvement du 15 mai a montré à l’Europe le potentiel de cette nouvelle génération : organisée, structurée, informée, tournée vers l’avenir et le monde et, comme il est d’actualité de le dire en ce moment, indignée.

Pourtant au Royaume d’Espagne, le sentiment d’un esprit conservateur un peu vieillot, attaché à ses traditions, à sa culture… était jusqu’ici bien ancré. Depuis plusieurs années, la tendance se renverse lentement mais sûrement et ces récents événements nous offrent une nouvelle entrée afin de pénétrer ce monde bouillonnant et observer sous un nouvel angle ce qui nous avait échappé jadis.

Duo Kie c’est la représentation parfaite de cette (r)évolution entamée par ces culs-terreux. Débarrassé de tous les aspects politiques qui n’ont rien à faire ici (quoi que) ainsi que des références littéraires à Stéphane Hessel, la discographie de Duo Kie peut s’apprécier comme l’une des meilleures façons de remonter l’historique des bouleversements culturels urbains ayant traversé le pays des années 80 jusqu’à aujourd’hui. A De Cerebris Mortis, le dernier disque de ce duo madrilène, sorti cette année, de poursuivre le mouvement. Derrière le micro, ce sont Locus (rappeur mais aussi beatmaker) et Nerviozzo qui poussent la voix. Actif depuis 1998, “los mandriles” (sans doute une référence à une race de singe africains) ont vécu l’arrivée du hip-hop américain en Espagne ainsi que les débuts prometteurs des artistes locaux durant la fin des années 80. A cette époque, c’est une toute autre génération de jeunes qui s’est réveillée comme partout en Europe, une génération sortie de son trou, fidèle aux fondamentaux du Hip-Hop, tentant de faire entendre sa voix avec les moyens du bord.

Un des tous premiers albums de hip hop en espagnol date de 1989. L’objet paraît sous forme d’une compilation sur le label Troya Dscs&Rcrs et réunit quatre groupes, tous originaires de Madrid : DNI, Estado Crítico, Sindicato del Crimen et QSC. Intitulé Madrid Hip-Hop, le disque constitue alors l’un des premiers du genre à sortir en Europe. La machine a cependant du mal à se lancer et “l’âge d’or” arrivera un peu plus tard. Lorsqu’on interroge les rappeurs aujourd’hui, tous portent le même regard sur l’histoire de leur musique : “C’est une culture qui a demandé beaucoup d’effort en Espagne.” raconte Nach, l’un des pionniers du genre, aperçu récemment dans le projet européen Diversidad. Même topo pour son prédécesseur Mucho Muchacho : “la scène nationale a ensuite végété, alors qu’en France elle explosait.” Malgré tout, comme pour la France, les dernières années de 90 seront les plus prolifiques pour les amateurs, alliant quantité des albums sortis et qualité des productions. De nombreux groupes mythiques (qu’on classera dans la seconde génération), originaires de Madrid et Séville verront le jour durant cette décennie : SFDK, La Alta Escuela, El Chojin, La Gota Colma… En 1998 c’est au tour de Duo Kie de se faire une place parmi tous ces noms.

Biberonné au rap hardcore de SFDK et La Gota Colma, alors en pleine effervescence à l’époque, Duo Kie fait son entrée dans la course un an plus tard, en 1999 avec le maxi 2000 y pico distribué par EuroStudio17. Leurs textes, mêlant critique sociale et égo-trips bien barrés alliés à des gimmicks accrocheurs font tout de suite mouche et le duo rameute avec ce disque un bon nombre de fans dans ses filets. A ce moment là, la galette n’est pas encore estampillée Duo Kie mais Nerviozzo + Locus Amenus et la musique hip-hop commence alors tout juste à s’imposer dans les charts et les médias. L’un des “chouchous” du public actuel, le jeune Porta résume cette situation : “En Espagne, le rap reste perçu comme une culture de rue, marginale. Il occupe pourtant une place importante chez les jeunes. Il existe une multitude de groupes, la concurrence est rude !“. Trop populaire pour être populaire, le genre n’attire pas l’œil des caméras, encore moins les oreilles des critiques du milieu. Même depuis le début des années 2000, la meilleur façon d’exister pour un artiste hip-hop, rappel Nach, reste le bouche à oreille : “Au niveau des médias de communication, je crois que dans ce pays, il n’y a pas d’équilibre entre ce qui se passe dans la rue et ce que les médias montrent“. Un paradoxe plutôt étrange quand on sait que De Cerebris Mortis s’est maintenu à la douzième place du Top Album durant huit semaines consécutives.

Si 2000 y pico possède comme atout majeur la présence du rappeur américain Tone Loc (responsable du hit Funky Cold Medina), c’est bien la parution en 2000 de leur premier LP, La Famosa 12/13 qui révèle le duo. Suivront jusqu’en 2011, quatre albums studio (Non Freno en 2002, Barroco en 2004, 21 Centímetros en 2008 et De Cerebris Mortis), quatre  maxis du groupe (Hoy No en 2004, En El Club Con 50 Centímetros en 2006 et Orgullo en 2009), ainsi qu’une mixtape (Tremenda Vendetta en 2010). Déjà plus de dix ans d’activités et malgré tout, Duo Kie réussit toujours à faire l’événement à chaque sortie. Le 5 avril dernier, leur sixième long projet, intitulé De Cerebris Mortis a fait la une de quasiment toute la presse spécialisée en Espagne et la plupart des webzines aussi annoncaient la mise en place dans les bacs du dernier Duo Kie, décrié depuis comme “el duo más gamberro del rap nacional” (“le duo le plus dépravé du rap national”). Depuis leur opus éponyme sortit en 2008, 21 Centímetro, (dont la cover de l’album représente Nerviozzo entrain d’empoigner à pleine main ses bijoux de famille), les deux acolytes ont bénéficié d’un buzz qui a terminé d’asseoir leur réputation de dépravés et de décérébrés mentaux. Avec la diffusion (très vite interdite) sur MTV du clip Nostros Lo Hicimos suivi plus tard par une autre vidéo, celle-ci mettant en images les paroles extraites du morceau Yeah, 2008 aura été l’année où la popularité du groupe aura vraiment explosée.

Avec De Cerebris Mortis, Locus et Nerviozzo comptent bien faire un retour remarqué et dépasser le succès de 21 Centímetros. Le premier single mit en image par Bajocero Productions ne peut que nous conforter dans ce sens. Dans le clip, on peut voir les deux rappeurs armés jusqu’aux dents, pénétrer le siège d’une maison de disque et se livrer à un jeu de massacre où celui des deux qui comptabilisera le plus de morts à son compteur remportera la victoire. La recette reste la même, provocation dans le ton et les textes à la différence près qu’ici, Locus n’assure plus la totalité de la production du disque.

Si la présence du californien Tone Loc sur leur premier maxi montrait déjà l’attachement du groupe pour un certain style issu d’outre-atlantique, la présence de noms comme Get Large (Masta Ace, Mobb Deep), PokerBeats (Kool G Rap, qui apparaît aussi en featuring sur le titre Kies in the game) à la production ne font que renforcer ce choix. “Le rap en Espagne a évolué à sa manière. Il a fusionné avec la culture espagnole, la musique traditionnelle, le flamenco, il s’est aussi beaucoup américanisé, copié sur le rap US, mais ça je crois que c’est normal.” racontait Nach dans une interview qui lui était consacrée à propos de la sortie de son dernier album Mejor que el silencio. En 1989 la sortie d’un autre album relate le site whattoseeinmadrid.com, 3 Feet High & Rising du trio De La Soul, ainsi que Lujo Ibérico de La Mala Rodriguez, révèle au public et aux amateurs une musique ouverte à d’autres influences, d’autres genres musicaux. C’est sur cette vision du hip-hop que va se construire celui pratiqué par sa branche hispanique. Il a fallu convaincre par le fond et la forme pour faire émerger cette culture. Une règle que s’acharne à respecter scrupuleusement Duo Kie afin de ne pas retomber 10 ans en arrière. Chacune de leurs productions évolue avec son temps sans pour autant trahir “l’esprit”. Aujourd’hui, De Cerebris Mortis représente sans doute pour l’instant, la mutation ultime d’un hip-hop animé par une génération de véritables mordus, armé d’une énergie presque palpable, la représentation la plus fidèle d’un hip-hop s’alignant sur les fondamentaux mais qui n’oublie pas cependant, de s’affirmer, lui qui a mis si longtemps à sortir la tête de l’eau. La jeunesse a laissé place à l’âge adulte, il semble pourtant, que ces deux-là ne sont toujours pas prêts de se calmer.

Duo Kie Myspace
Ecouter De Cerebris Mortis sur Deezer
Ecouter 21 centimetros sur Deezer
Ecouter 2000 y Pico
Site Officiel de Nach
Site Officiel de La Mala Rodriguez
Site Officiel de SFDK
Site Officiel de El Chojin
Interview de El Chojin sur les relations entre hip-hop, éducation, société et philosophie (ES)
www.hiphoplifemag.es