Ce soir, c’est à peu près ce qui se fait de mieux en matière de rock en France qui s’est donné rendez-vous sous l’impulsion de Kémar des No One Is Innocent pour le festival Vote on the Rocks. Tous ont été séduits par l’idée de jouer pour encourager les jeunes à aller voter lors des prochaines échéances électorales.

C’est une foule dense qui se presse le long du boulevard Rochechouart en ce milieu de dimanche après-midi. Les fans des différents groupes à l’affiche ont répondu présent et les T-shirts Déportivo côtoient les T-shirts Eiffel, Les Fatals Picards ou encore No One Is Innocent.

Contrairement à toute attente, ce n’est pas un groupe qui apparait à six heure tapantes mais DJ Moule qui se met à ses platines, au balcon, pour son premier set, qui se déroule dans l’indifférence la plus totale. J’avoue que c’est la même chose de mon côté. Bon c’est vrai, il part avec un très gros handicap à mes yeux : c’est un DJ. Mais il sauve quand même l’honneur en passant des trucs pas trop pourris.

Le premier groupe à fouler la scène de La Cigale est Les Hyènes. Je connais juste le groupe de nom et je le découvre totalement. Et c’est une bonne surprise, les compos sont sympas et le groupe déploie une très bonne énergie sur scène. Il exploite à fond les vingt minutes imparties, donc pas vraiment d’intervention, mais tout est dans leur musique comme leur titre Dead Pompidou’s. Le groupe conclut brillamment son set par une reprise de The ace of spades de Motörhead. Une chose est sûre, il y a quelques chose après Noir Désir

La soirée s’annonce très bien et cela ne fait que commencer…

C’est au tour de DJ Moule de tenter d’enflammer La Cigale. Mais les spectateurs (du moins ceux qui ne se sont pas dirigés vers le bar) restent le regard tourné vers le rideau rouge en espérant son ouverture, signe de l’arrivée sur scène des Déportivo.

Dès que les Déportivo prennent place sur scène, c’est la folie dans la salle. Le groupe est au top de sa forme et entraine le public dans vingt minutes de pure folie. La scène se fait envahir à plusieurs reprises sous la bénédiction du groupe. L’envie de contact est très grande chez Jérôme qui fait des allers-retours incessants entre la scène et la fosse. Il nous fait une reprise d’anthologie des Bières aujourd’hui s’ouvrent manuellement de Miossec depuis la fosse pour finir en slam. Le groupe nous a offert les premiers bordels de la soirée et ce n’est que le début…

La température est montée d’un cran dans La Cigale et elle n’est pas près de redescendre avec les groupes suivants…

C’est au tour de DJ Moule de meubler, même DJ, même punition !

Eiffel commence très fort en jouant un inédit, Foule monstre, à paraitre sur leur album à venir. Un très joli cadeau qui présage du bon pour l’avenir du groupe. Malgré le fait que les membres d’Eiffel soient un peu rouillés niveau live (ils sortent de studio), ils n’ont rien perdu de leur énergie et se donnent à fond. Romain dira juste deux-trois mots pour remercier Kémar, le groupe préfère laisser place à la musique. Les retrouvailles entre Eiffel et son public ont été très chaleureuse comme quand on retrouve un vieil ami que l’on n’avait pas vu depuis un moment. Ce fut un grand plaisir de revoir le groupe et vraiment ce nouveau titre augure que du bon pour la suite…

Bon, je ne sais plus quoi dire là. C’est encore DJ Moule qui fait la transition entre les groupes. Voilà, quoi.

C’est au tour de l’initiateur de cette soirée de monter sur scène : c’est-à-dire Kémar et sa bande. Les No One Is Innocent commencent très fort avec Révolution.com et L’Amour de la haine. Le groupe n’est pas venu faire de la figuration et comme toujours c’est une grosse claque dans la gueule. La pile électrique qu’est Kémar ne reste pas deux secondes au même endroit, tout comme Shanka. Le set se finit par le survitaminé Drugs et son envahissement de scène rituel, je vous rassure ce ne fut pas le seul moment de la prestation de No One où il y eu du monde sur scène…

DJ Moule time… Pas plus, pas moins…

Les Fatals Picards commencent par une chanson de circonstance. Quoi de mieux que C’est l’histoire d’une meuf qui se moque des dérives d’une grande cause pour ouvrir le show ? Le groupe se donne à fond. Le set est à l’image des Fatals Picards, entre déconne et dénonce. Seul bémol, la fin un peu brusque du show, certains membres du public ayant fait de la scène leur deuxième maison et n’hésite pas à y retourner dès que l’occasion se présente…

DJ Moule fait son dernier set. Comme à chaque fois, c’est dans l’indifférence générale qu’il fait sa prestation. Il aura atteint son objectif : envoyer le public au bar !

Le dernier groupe à monter sur scène est Les Têtes Raides. C’est le groupe que j’attendais le moins. Le show commence étrangement avec deux gus costumés qui arrivent sur scène : un espèce de politique et “le général de gauche”. Après la chanson du général, le groupe arrive sur scène. Comme je m’y attendais je ne suis pas emballé par la prestation des Têtes Raides. Après la reprise d’Hexagone de Renaud, le chanteur nous lit un texte de je-ne-sais-plus-qui, très chiant. Comme pour les groupes précédents la scène est régulièrement envahie, ce qui aura pour conséquence de couper net le groupe dans son élan sur l’Iditenté, qu’ils finiront après l’évacuation de la scène.

La soirée se finit dans un beau bordel. La scène est totalement envahie par le public et les membres des différents groupes. Kémar conclut le show en remerciant les groupes pour leur participation et le public d’être venu si nombreux. Il conclura son allocution par le très bien senti : “Voter peut nuire aux sales idées”. Vous savez ce qui vous reste à faire le 22 avril !

Merci, à un illustre Inconnu 😉

Les Hyènes


Déportivo

Eiffel

No One Is Innocent

Les Fatals Picards

Têtes Raides

icone facebook Page Facebook de Vote on the Rocks

favicon du site suivant Site officiel de Les Hyènes
favicon du site suivant Site officiel de Déportivo
favicon du site suivant Site officiel d’Eiffel
favicon du site suivant Site officiel de No One Is Innocent
Site officiel de Les Fatals Picards
Site officiel de Têtes Raides