Lorsque j’ai lu le message d’un des auteurs de Désinvolt il y a deux semaines, je me suis demandé ce que cet éminent membre avait encore déniché. Non pas que je ne fasse pas confiance à mes collègues amateurs de musique, mais il disait qu’il avait pris une claque monumentale en écoutant je ne sais quel groupe et j’avoue que j’étais assez dubitatif face à tant d’éloquence incontrôlée. Piqué au vif, et parce que je suis d’un naturel plutôt curieux et commère, j’ai cliqué sur le lien accompagnant le mél, et j’y ai trouvé ça :

Et là, mon cœur s’est comme qui dirait arrêté de battre. Au delà du clip chelou à souhait, cette chanson m’a pris aux tripes comme rarement.

Susanne Sundfør est une norvégienne de son état, forte de plusieurs albums, et le dernier, The Silicone Veil, est sorti tout récemment (mais pas en France je vous rassure, ce serait trop simple, sortie prévue en Octobre). Évidemment, j’ai tellement été scotché par White Foxes, le titre sorti en avant-première de l’album, que j’ai écouté tout ce que la belle venue du grand nord savait faire.

Susanne Sundfør est un peu un OVNI dont le style est assez indéfinissable. Pianiste de toute évidence, son univers, du moins dans ses deux derniers albums, mêle son instrument de prédilection, orchestre symphonique et une grosse dose de rythmique électro qui donne une puissance incroyable à ses titres. Mais c’est avant tout la voix de Susanne Sundfør qui constitue son véritable instrument, capable d’harmoniques et de variations aptes à vous balancer des frissons partants des cages à miel jusque dans tout votre petit corps tremblotant. Mélangeant tantôt des intonations à la Björk, mais en moins conceptuel, tantôt des rythmiques non sans rappeler celle de Daft Punk dans la BO de Tron, l’ensemble est pour le moins efficace.

Dans cet magma étonnamment cohérent, The Silicone Veil est un album assez conceptuel, mais à part le titre éponyme et la claque  de White Foxes, les autres morceaux, qui s’écoutent très bien au demeurant, ne marquent pas forcément les esprits. Là où le précédent opus, The Brothel, imposait implacablement ses morceaux comme It’s all gone tomorrow, Lilith, ou encore Turkish Delight, le nouvel album reste malgré tout un ton en retrait.

Il n’en reste pas moins que Susanne Sundfør est une artiste à découvrir résolument, tant son univers et sa musique sont fascinants. A suivre donc si par hasard elle se décide à descendre du froid pour venir visiter nos contrées ensoleillées.

Cliché : S.F. Sprung

Tracklist :

  1. Diamonds
  2. White Foxes
  3. Rome
  4. Can You Feel the Thunder
  5. Meditations in an Emergency
  6. Among Us
  7. The Silicone Veil
  8. When
  9. Stop (Don’t Push the Button)
  10. Your Prelude

favicon du site suivant Site officiel de Susanne Sundfør
icone myspace MySpace de Susanne Sundfør
icone facebook Page Facebook de Susanne Sundfør
icone wikipedia Page Wikipédia de Susanne Sundfør