J’ai découvert Florence + The Machine complètement par hasard, au détour d’une vidéo sur un réseau social dont nous tairons le nom ici. Ce groupe est assez inclassable car polymorphe, mais s’il y a une seule et unique raison pour laquelle vous devez aimer Florence + The Machine, c’est ce morceau tout simplement magique :

Donc, quand j’ai vu que le groupe passait au Casino de Paris, je me suis dit, on va le tenter… Je me suis retrouvé dans cette belle salle parisienne, en compagnie de mes charmants acolytes du public, certains déguisés dans le délire un peu Renaissance qu’arbore Florence sur son dernier album, Ceremonials (mais bon, je vous reparlerai de mon voisin à jabot dans quelques lignes). C’est donc armé de mon fidèle appareil photo que je me suis fait pote avec un des vigiles qui me confirme qu’il est possible de photographier les 3 premières chansons sans flash, tout en me disant que c’est parfois pénible (certes, mais c’est le jeu ma pauvre Lucette).

La première partie animée par Spector,  un groupe de cold wave plutôt efficace, passe rapidement. C’est pendant l’attente que j’ai failli commettre un meurtre : mon voisin à jabot aurait bien mérité un coup de boitier photo sur le crâne… non mais quelle idée d’imprimer les paroles des chansons pour chanter pendant un concert… bref, la scène parisienne quoi. Passé cet épisode réprimé de violence extrême, place au concert. Réglé comme du papier à musique, The machine,  le groupe de 7 musiciens arrive, rapidement suivi par Florence, apparition mystique habillée en ange qui donne un côté spectral.

La setlist égrène rapidement les titres des deux albums du groupe, entre autres Only if for a Night, Cosmic Love, Dogs Days are Over, Raise it up… La réelle force est d’ailleurs la voix de Florence, appuyée par une choriste loin d’être manchotte de la voix. Le reste du groupe est un peu en demie-teinte, à part les deux batteries qui renforcent la puissance des morceaux. Ce dernier point est la seule différence réelle avec les chansons studio tirées de l’album et c’est un peu un regret, car Florence a une réelle présence sur scène, elle prend plaisir à chanter, rit souvent, boit des cocktails, ce qui lui donne un côté humain non négligeable pour ce groupe qui monte en puissance. Dommage donc que les chansons n’aient pas plus de relief sur scène, mais perso, je pense sincèrement que le concert acoustique convient plus au groupe que la scène, aussi mythique soit-elle.

Je suis ressorti du concert avec une bonne impression malgré tout, car le groupe envoie, pendant une petite 1h20, mais sévère… et fort heureusement je n’ai pas entendu mon voisin à jabot chanter, donc c’était un soulagement. Les chansons du groupe parlent résolument d’amour, et par conséquent méritent d’être écoutées au calme, dans les bras de votre bien aimé(e). Le concert, on y va surtout pour l’iconique Florence Welch, plus que pour la performance.

 

Site officiel
icone facebook Page Facebook
icone wikipedia Page Wikipédia