Figure marquante de l’underground hip-hop californien, depuis leur rencontre dans les années 90, le duo Thes One & Double K qui forment People Under The Stairs n’a cessé d’abreuver les bacs à disques jusqu’à l’année dernière, marquée par la sortie de Highlighter.
Bénéficiant parallèlement d’un succès critique qui ne cessera de les suivre durant toute une décennie, autour de ces deux perfectionnistes s’est rassemblé un public fidèle et dévoué, comme l’ont déjà prouvé leurs tournées internationales entreprises dès la sortie justement, de leur premier album, The Next Step.

People Under The Stairs fait partie de cette génération qui a quasiment grandi avec le hip-hop et qui a pu en apprécier ses différentes évolutions. De plus, la côte Ouest n’est pas le Midwest américain et côté hip-hop, la Californie n’est pas trop mal desservie. On pense bien évidemment à Egyptian LoverNWA, Dr.Dre, Ice T, Too $hort, Charizma & Peanut Butter Wolf et compagnie, au Gangsta rap, au G-Funk et Tha Dogg Pound… C’est sans doute dans toute cette diversité et les excès qui en ont découlé que People Under The Stairs ont décidé de tracer leur vision, une vision qui trouve sa source dans les fondamentaux de cette culture.


Et leur nom, inspiré par la série B du même nom, réalisé par Wes Craven en 1991, fait sans doute écho à cela. L’aspect social que revêt le film -une famille afro-américaine originaire des ghettos de Los Angeles se retrouve prise au piège d’une maison de fous d’un quartier aisé de la ville après un cambriolage- y est sans doute pour beaucoup. Pour tenter de comprendre l’ambition et le projet de ces emcees, on peut imaginer que ce sont eux, One et Doub, qui se retrouvent piégés au milieu de cette grande baraque habitée par toutes sortes de rappeurs anthropophages et dégénérés qui ne pensent qu’à se bouffer entre eux, en oubliant ce qui les a rassemblé et ce qu’ils étaient avant cette situation.

Pas totalement seuls contre tous, les People Under The Stairs ont plutôt préféré choisir leur propre voie, dessinée sous le soleil et les allées de palmiers californiens, et la référence à la série B ajoute un côté qui ne trahit pas l’un des leitmotiv du mouvement hip-hop : “Peace, Love and Having Fun”. Alors quand sort en 1998, The Next Step, la formation signe un disque à la hauteur de leur projet. Entièrement construit selon la recette : beat, sample, scratch et flow, l’album se révèle aussi riche et varié que simpliste (dans le bon sens du terme) en apparence. Mariant les ambiances jazzy, latino et groovy sur du boom-bap où chaque coup de caisse claire tape la mesure au risque de se briser la nuque,  P.U.T.S a réussi à figer sur ce premier disque studio tout ce qui fera leur style pour les dix années qui suivront. A titre d’exemple, San Fransisco Knights, selon la légende, fruit d’un road trip effectué dans la Bay Area, constitue l’un des moments forts de l’album. Une réussite notable et durable, puisque le groupe n’a jamais commis de faux pas depuis ce coup de maître.

 Site Officiel
Page wikipedia du groupe (version anglaise)
Ecouter The Next Step sur Deezer