Quand on m’a proposé de chroniquer l’album de Yalloh, j’ai dit “pourquoi pas ?”, juste parce que la pochette de l’album m’intriguait : un jeune homme qui s’était tatoué une carte sur le visage ? Quelle drôle d’idée ! J’ai donc voulu en savoir plus, et je me suis mise à écouter l’album.

Les chansons content le parcours d’un jeune homme qui part de chez lui à la recherche d’une vie meilleure, dans une ville nouvelle : la fameuse Abcity, qui donne son nom à l’album. Chaque titre est alors une étape de ce voyage initiatique, comme autant de phases d’une vie ou d’épisodes d’une série télé. On se doute que tout ne va pas se passer comme prévu (sinon ça ne serait pas drôle), et le personnage va faire face à diverses désillusions avant de parvenir au but réel de son voyage : se trouver et s’accepter. Et c’est tout ce que je vous raconterai, sinon toute la surprise sera gâchée !

Passée la première surprise de trouver un français qui chante dans la langue de Shakespeare, je dois avouer que l’écoute de l’album est très plaisante. Les chansons s’enchainent sans heurt, tantôt calmes et tantôt plus rythmées, la voix de Yalloh est apaisante et donne envie de se poser dans un hamac pour profiter d’un après-midi ensoleillé, le walkman dans les oreilles (bon, si vous en profitez pour faire la sieste, ne venez pas l’accuser pour autant hein !).

La voix est parfois caressante (Chasing the monsters, Stitches) , parfois plus énergique (Abcity, Alone in the end) , et l’instrumentation sait se faire discrète quand il le faut. Sur certaines chansons cependant, la voix s’efface au profit de l’instrumentation (Abcity #2, Story of a man), qui transmet directement l’émotion ; et personnellement, les plages instrumentales me “parlent” autant que les parties chantées. L’équilibre est très bien trouvé, on a vraiment l’impression qu’on nous raconte une histoire en musique. Et quand la dernière chanson arrive, telle un générique de fin, on n’a qu’une envie : rembobiner pour revoir le film, euh, réécouter l’album.

 

Tracklist :

  1. Abcity
  2. Hollow
  3. Nothing at all
  4. Stitches
  5. Chasing the monsters
  6. Abcity #2
  7. My very own everything
  8. Alone in the end
  9. The boy you’re laughing at
  10. Story of a man
  11. Falling in love

 

 

icone myspace MySpace de Yalloh
icone facebook Page Facebook de Yalloh
icone deezer Écouter Yalloh sur Deezer
icone soundcloud Soundcloud de Yalloh