C’était samedi 9 mars 2013 qu’était programmé Pete Doherty, dans la magnifique salle Paloma, à Nîmes. Quelques jours avant le concert une seule question brûle les lèvres des personnes ayant réservés leurs places : “Viendra ? Viendra pas ?” et ce, jusqu’à l’apparition du dandy britannique sur scène.

En amuse-bouche, une première partie aux sonorités pop-rock assurée par un groupe français encore méconnu : The Circles. Le groupe commence à jouer et réussit rapidement et facilement à entrainer le public avec lui. Au bout de trois morceaux, Paul, un petit animal empaillé aux Rayban teintées, clope entre les crocs et drapeau anglais ficelé sur le dos, vient les accompagner pour les derniers morceaux. Un bon groupe dynamique aux paroles en anglais à découvrir ! Ils finissent leur setlist sur une très bonne reprise de Gloria de Van Morisson  !

Vient ensuite l’entracte. On vire le matériel des petits Frenchies et on le remplace par un décor assez sommaire : un micro-pied, deux enceintes VOX disposées derrière. Étant entre les crash-barrières et la scène je remarque tout de suite un lot de quelques bouteilles de vin et de bières déjà bien entamées (une bouteille d’eau leur tient compagnie… mais je vous rassure, elle restera pleine pendant tout le concert). Près de moi, j’entends encore les mêmes questions : “Est-ce qu’il va venir ?… Dans combien de temps ? … Est-ce qu’il va encore être en retard de deux heures ou trois heures ?”. Je suis en train de changer d’objectif lorsque la foule se met à hurler et applaudir. En me relevant, je vois alors Pete Doherty entrer sur scène, habillé d’un ensemble gris très classe qui ne colle pas vraiment avec sa démarche vacillante et ses yeux légèrement vitreux (notons qu’au deuxième morceau, il fait signe à un des techniciens pour que ce dernier vienne lui accorder sa guitare pendant qu’il contemple tranquillement la marque de ses bouteilles de vin et s’en sert un dans un magnifique verre à pied. Pete comme on le connait quoi !) Puis il salue son public en français. Lorsqu’il commence à jouer, on retrouve alors le poète/musicien qui a tant fait parler de lui, mais pas au niveau “news people” non, non ! Bien pour son talent d’artiste controversé.

Durant tout le concert, Pete est seul sur scène. Une violoniste et deux danseuses viennent l’accompagner sur quelques morceaux, mais c’est une soirée acoustique : guitare folk /voix avant tout : amateurs des Libertines et Babyshambles s’abstenir. L’ambiance est simple, douce, calme… avec quelques moments des paroles en franglais sur The last of the English roses. A un moment, il décide même de prendre le violon de sa partenaire et d’en jouer… essai très peu convaincant puisqu’il nous casse les oreilles plus qu’autre chose mais ça l’amuse, lui et son public, et il continue en chantonnant.

Le dandy nous montre de nouveau qu’il est un bon compositeur avec deux nouveaux morceaux et toujours aussi bon guitariste. Dommage que l’alcool le freine un peu vers la fin du concert mais bon… concert de Pete Doherty oblige !

The Circles

Pete Doherty

icone myspace MySpace de Pete Doherty
icone facebook Page Facebook de Pete Doherty
icone spotify Écouter Pete Doherty sur Spotify