2004 était pour moi le début d’une avant-dernière année au lycée et du nouvel album Debbie de Saez accompagné de sa tournée. Mais pour le petit monde du punk californien, c’était aussi et surtout le groupe Green Day qui sortait son album American Idiot, le 21 septembre. Il y a déjà 10 ans ! Cet album les propulse au rang de superstar.
Green Day a déjà à cette époque une carrière bien entamée. En effet, le trio formé en 1989 par Billie Joe, Mike et Tré connait des débuts plus ou moins difficiles mais ponctués de l’inévitable Basket Case et de leur passage au festival de Woodstock 1994. Cette fin d’année 2004 marque au fer rouge le nom de Green Day parmi les incontournables de la scène rock internationale. Pour les “fans de toujours”, c’est un peu une déception. Où est passé le punk ? Mais même les acteurs du punk californien grandissent et s’ouvrent à d’autres horizons légèrement plus pop et passe-partout…
Il est vrai que cet album est tout ce qu’il y a de plus radiophonique et de nouveaux auditeurs font leur apparition. Billie Joe Armstrong peut commencer une vraie collection de petites culottes (il n’a qu’à pas montrer ses fesses en concert na) ! Je dois dire que je n’ai guère prêté attention à cet opus à l’époque, je n’écoutais déjà plus beaucoup la radio ! Petit retour dix ans en arrière avec quelques titres phares d’American idiot.
Les textes de Billie Joe se politisent un peu et monsieur décide de dénoncer l’influence de l’information sur ses compatriotes :

Don’t want to be an American Idiot
One nation controlled by the media

Les riffs sont plutôt légers mais efficaces et le morceau rapide.

Et puis, il y a aussi le titre Holiday qui est l’occasion pour l’auteur d’être à contre-courant des idées reçues :

Bombs away is your punishment
Pulverize the Eiffel tower who criticized your government
Bang bang goes the broken glass man
Kill all the fags that don’t agree
Triumph by fires, sinning buyers

Cela dit je ne suis pas certaine que tout ceux qui chantent et dansent dessus saisissent ce qu’il a voulu dire ! Holiday reste encore un titre très entrainant et taillé pour la scène comme vous pouvez le constater sur cette vidéo :

Mais pour contenter tout le monde, l’album ne s’arrête pas aux maux du monde actuel. Il y est notamment question de l’histoire d’un jeune un peu marginal qui décide de voler de ses propres ailes avec plus ou moins de succès. Cette sorte de nouvelle musicale se décline avec les titres Jesus of Suburbia, St Jimmy, mais aussi She’s rebel ou Letterbomb.

Malgré les titres entraînants et qui restent tout de même très rock, ce ne sont pas ceux-là qui vont faire exploser Green Day.

Car Billie Joe, sans doute conscient de son potentiel charme, a aussi écrit deux ballades qui vont attirer les minettes. C’est ainsi que Boulevard of the broken dreams et Wake me up when september ends  éloignent encore un peu plus Green Day du punk californien pur et dur. D’ailleurs, difficile aujourd’hui de passer à côté lors des concerts donnés par le groupe : aux Arènes de Nîmes le 10 juillet 2013, les deux titres font partie de la setlist.

L’album American Idiot est aussi synonyme pour  Green Day d’une gigantesque tournée mondiale qui sera mise en images avec le DVD live Bullet in a Bible sorti en 2005 et enregistré au National Bowl en Angleterre.

Bien que n’ayant pas connu les débuts du groupe en m’intéressant à eux un peu tard (l’année dernière !!), je trouve dommage que la majorité des fans ne retienne que Holiday ou Boulevard of the broken dreams.

Les titres d’American Idiot sont diaboliquement efficaces certes, mais il existe dans leurs albums antérieurs des vrais bons morceaux à la sauce punk comme Walking contradiction ou Paper Lanterns, et même si Green Day n’a pas révolutionné et ne révolutionnera jamais le genre, “l’avant” American Idiot est tout aussi bon pour les oreilles.

A noter que l’album a fait l’objet d’une comédie musicale, American Idiot musical, qui a principalement sillonné le continent nord américain entre le 4 septembre 2009 et le 25 mai 2014 !

Et pour finir, je vous laisse avec un de mes titres préférés pour une fin de live presque toute en douceur (qui n’est pas d’American Idiot mais clôturant le DVD Bullet in a Bible) :

Site officiel de Green Day
icone facebook Facebook de Green Day
icone twitter Twitter de Green Day