J’aime toujours beaucoup retourner au Café de la Danse, j’y avais fait mes débuts pour Désinvolt et l’accueil y est toujours chaleureux. Le sept octobre dernier, le Café accueillait Vance Joy, et en première partie Ezra Vine, pour une soirée résolument tournée vers la beaugossitude et son lot de groupies déchaînées.

Quand Ezra Vine arrive seul sur scène et empoigne sa guitare, on sent le premier émoi parcourir la salle. Ce néo-zélandais nous offre une folk relativement honnête, mais qui gagnerait à s’individualiser plus. Les progressions d’accords sont efficaces, la voix juste et bien posée. Céleste, titre phare, résonne de son nom francisant dans une salle modérément conquise. Ezra pratique l’œillade sur le premier rang avec une certaine maîtrise pour un ensemble plus drôle à observer qu’efficace. Ezra promet d’offrir une bière à qui aura compris ce que raconte une de ses chansons… l’histoire ne dit pas s’il l’a vraiment fait.

Vance Joy a été récemment révélé par son titre Riptide. Il vient de sortir un album de bonne facture, Dream Your Life Away. Restait à voir ce que ça donnait en public. Lorsque Vance Joy finit par apparaître, la fosse s’est remplie d’un ensemble assez hétéroclite dominé néanmoins par des groupies de type pubère. Ce grand australien à la banane bouclée a en effet tout pour plaire : look de surfeur-bûcheron, barbe de quelques jours, voix assez haut perchée et surtout un fort sens de la mélodie. Vance est flanqué de trois musiciens, clavier, bassiste et un redoutable batteur qui donne du corps et de la contenance à l’ensemble.

Vance Joy distille une folk agréable et enlevée, très bien mise en valeur sur scène, notamment par la batterie. Il alterne la guitare folk et le ukulélé pour des titres qui, comme Winds of Change, sans différer fondamentalement de l’album ni révolutionner le genre, prennent corps. Tantôt légères, tantôt plus enlevées, les chansons s’égrènent facilement entre les mains des quatre musiciens. Je me demande sérieusement si les groupies font mine de ne pas comprendre lorsqu’il chante My Kind Of Man… on frôle alors le déni manifeste. Riptide achève la cuisson de la soupe d’hormones, et c’est devant une salle apparemment comblée que se termine, sans rappel, le concert d’une heure chrono… Au final, le groupe gagnera sans doute en aisance avec l’expérience et la pratique sur scène de plus nombreux – on espère – titres de l’album. A découvrir quand même car la folk reste entraînante.

 

Ezra Vine


icone facebook Facebook de Ezra Vine
icone deezer Écouter Ezra Vine sur Deezer

 

Vance Joy

favicon du site suivant Site officiel de Vance Joy
icone facebook Facebook de Vance Joy
icone deezer Écouter Vance Joy sur Deezer