Si vous ne connaissez pas Beth Hart, je pourrais vous la présenter comme une grande dame du blues. C’est suite à sa collaboration avec le célèbre guitariste Joe Bonamassa qu’elle fut propulsée sur le devant des scènes françaises. Certains la comparent à Janis Joplin, il est vrai que sa voix éraillée et puissante nous rappelle cette star. Beth Hart commence à jouer du piano à l’âge de quatre ans, s’ensuit un amour pour la musique. Elle enregistre en 1996 l’album Immortal. Suivront huit albums studio dont le dernier en 2015, Better than Home. Ses chansons pénétrantes et profondes, traitant de sujets graves de ses années chaotiques, ne pourront pas vous laisser indifférent. Elle dit avoir maintenant l’énergie d’une adolescente, et ça se ressent bien dans ses concerts.

La première partie était assuré par un groupe français, lauréat du prix Révélation du Tremplin Blues sur Seine de 2014, Vicious Steel. J’en avais parlé l’année dernière, ils m’avaient épaté avec leur musique de trappeurs. C’est avec beaucoup d’intérêt que j’assistais à leur retour sur scène. Assurément, ils ont fait du chemin, bien accompagnés, ils ont sorti un album. Composé de Cyril Maguy au chant-guitare-batterie et de Tim Coiffet à la contrebasse-chant, les deux acolytes nous ont versé du blues du bayou avec une pointe de rock’n’roll. Une musique pleine d’énergie pour des chansons en anglais ou en français. Excellente représentation et public conquis, je leur souhaite bonne route !

Beth Hart est arrivée, intimidée par les applaudissements. Elle était très attendue du public. Elle a commencé par un ancien titre Blame the Moon, au piano. Sa voix profonde a résonné au plus profond de nous-mêmes. S’ensuivit Spirit of God, sur un ton plus soul. Il y eut Can’t let Go, Something’s Got A Hold, plus dynamique, où tout son groupe prenait sa place. Beth Hart au chant-piano est entourée de Jon Nichols et PJ Barth aux guitares, Bob Marinelli à la basse et Bill Ransom à la batterie. Après ce passage plus rock, Beth reprit place devant son piano pour Setting Me Free et Mama This One, sa voix nous touchait en plein cœur, peut-être même qu’il y eut quelques larmes dans les yeux du public silencieux.

Les titres se suivaient, poignants comme Chocolate Jesus ou Sister Heroïn. Certains étaient très blues, où Beth s’accompagnait au piano ou à la guitare, et d’autres plus rock où elle n’hésitait pas à venir chanter devant les spectateurs amassés devant la scène. C’est avec plaisir que j’ai pu écouter en live I’ll Take Care Of You, un titre que je connais par cœur ! Ses musiciens sont à la hauteur, à noter les solos très applaudis de Jon Nichols. Il y eu aussi St Teresa. Tout ce que je peux dire c’est que le concert a été trop court, je pense que public était prêt à rester plus longtemps.

favicon du site suivant Site officiel de Vicious Steel
icone facebook Facebook de Vicious Stee

favicon du site suivant Site officiel de Beth Hart
icone facebook Facebook de Beth Hart
icone twitter Twitter de Beth Hart
icone youtube Beth Hart sur YouTube