Pour une soirée rock-blues, nous nous sommes rendu à Massy à l’espace Paul B pour découvrir deux groupes, Heymoonshaker et Dewolff.

Dewolff est un groupe de rock psychédélique, originaire des Pays-Bas, formé en 2007 par les frères Pablo (guitare et chant) et Luka (batterie et chant) Van De Poel et Robin Piso (clavier). Après un EP bien accueilli dans leur pays, ils enchaînent les concerts et cinq albums verront le jour, Strange Fruits and Undiscovered Plants en 2009, Orchards/Lupine en 2011, DeWolff IV en 2012, Grand Southern Electric en 2014 et le dernier, Roux-Ga-Roux en 2016.

C’est avec Dewolff que la soirée commence. D’entrée les trois garçons à l’air vintage des années seventies ont envoyé le son, il fallait bien chauffer la salle où les spectateurs étaient timides, à l’exception d’une poignée de fans devant la scène. Du talent ils en ont, un rock qui pourrait faire penser par moment à Deep Purple surtout pour le jeu du clavier, à Led Zeppelin ou bien encore à Lynyrd Skynyrd. La voix de Pablo est impeccable et son jeu de guitare parfait, le jeu de batterie de Luka excellent, et le clavier avec Robin  est admirable. Dewolff c’est un rock tantôt psychédélique tantôt progressif, du rock-blues irrésistible. Ils ont joué une bonne partie de leur dernier album comme les morceaux Tired of Loving You, Sugar Moon, Black Cat Woman ou Easy Money, mais aussi quelques titres plus anciens comme Medicine et Satilla N°3. Pour finir ils ont invité Heymoonshaker à venir se joindre à eux pour un dernier morceau. Ce fut de l’énergie à l’état pure pour tous ces musiciens !

Heymoonshaker, c’est un duo anglais qui commence leur aventure en Nouvelle Zélande en 2009. Artistes de rue, Andy Balcon au chant et à la guitare et Dave Crowe au beat box, fusionnent leur art pour le blues. Après deux EP ils sortent cette année Noir, leur premier album studio qui est une vraie pépite.

Rappelez-vous, on vous en avait parlé en 2013, et c’est avec grand plaisir qu’on les retrouvait ce soir-là sur scène. L’éclairage était calfeutré et les fumigènes fumaient pour les accueillir avec Streets of England. A croire qu’ils avaient envie de nous emmener en voyage. Inutile de chercher la batterie, c’est Dave qui s’occupe de la rythmique, collé à son micro pour des battements vocaux toujours plus rapides. La voix d’Andy était grave et émouvante. Ses cris viennent des plus profondes racines du blues, à vous arracher les tripes. Le duo nous surprend par la puissance de leurs chansons, qui tel un raz de marée nous emporte. Leur musique est un mélange des genres tout en restant très proche du blues, parfois acoustique, parfois plus électrique. Dave a un talent exceptionnel, il nous a livré un beat box de très haut niveau. Et ça colle à merveille avec la guitare et le chant de Andy. Ce duo très innovant a joué presque l’intégralité de leur album Noir : Best of my LoveHeavy Grip, Take the reins, Devil in mind, Lazy Eye, Stoned, MF 45, Feel Love, Find Myself a home. C’est Dave qui a communiqué avec le public, avec beaucoup d’humour. Le concert fut trop court et c’est à regret que l’on quittait la salle.

icone page web Site officiel de Dewolff
icone facebook Facebook de Dewolff
icone twitter Twitter de Dewolff
icone youtube Dewolff sur YouTube
icone deezer Écouter Dewolff sur Deezer

favicon du site suivant Site officiel de Heymoonshaker
icone facebook Facebook de Heymoonshaker
icone twitter Twitter de Heymoonshaker
icone youtube Heymoonshaker sur YouTube
icone deezer Écouter Heymoonshaker sur Deezer