26/06/2009 – Prélude du Météor Tour – Indochine

Nous en rêvions, Indochine l’a fait. Un an jour pour jour avant leur grand concert au Stade de France, ils donnent le tout premier concert de la nouvelle tournée.

2000, nous sommes 2000 (voir un peu plus) heureux privilégiés à pouvoir y assister , à force de saturation du serveur de l’Olympia, de sabotage de touche F5.

Les gens viennent de partout, et non, les “indofans” parisiens n’auront pas tout l’Olympia pour eux ! De Marseille à Lille, de Saint-Brieuc (héhé) à Besançon, et un peu de Belgique.

La file d’attente : arrivée aux alentours de 14h/15h. Je vais chercher mon bracelet et le billet pour entrer dans l’antre le soir, il y a déjà beaucoup de monde, certains sont là depuis 15 h la veille. Des fous… Et l’air peu sympa, “les rois du monde”. Il fait soif, “La maison du thé” à côté, ouais ben dix minutes plus tard j’attends toujours à la terrasse, direction une brasserie trouvée en chemin. Retour à la file, dix personnes sont arrivées entre temps. Et comme par hasard, les derniers sont de l’Indo-forum, je dis bonjour à deux connaissances. Ouf, bien tombée, pas des fous !

L’attente se fait longue, pas beaucoup d’ombre mais il ne fait pas encore trop trop chaud. On avance enfin. Environ 18h30/19h on est dans la salle, il faut bien 1 h pour que tout le monde trouve une petite place. Même en arrivant tôt dans l’aprem on se retrouve au fond dans les gradins (ben oui, la moitié est réservée devant).

Première partie

Asyl, je ne connais pas ce groupe. Le son est plutôt sympa mais les paroles pas très audibles, un peu niaises apparemment. Le vrai hic, ce sont les gens autour de moi. Surtout la rangée de devant, c’est pas le pique nique ici on est dans un concert !! Même pas le respect d’applaudir. Encourageant pour les jeunes groupes…

———————————————————————————
Entre la 1ère partie et Indo se passent une vingtaine de minutes. Des spectateurs arrivent encore. L’un d’eux – Cauet – s’attire les petits papiers et les crayons, ça trépigne, ça se bouscule pour lui. Allez hop on se rassoit !
———————————————————————————

Indooooooooooooooooooo

La tension monte, des pas, on entend des pas c’est l’intro Républika Météor Ouverture
Tulututu, une longue intro d’ Electrastar se fait entendre, ils savent comment faire monter l’adrénaline !
Pas de paroles, un Nicola visiblement concentré, peur de se tromper ?
Enchainement direct avec Marylin , étrange de commencer par deux chansons d’un album qui a déjà 7 ans.
Républika , le groupe a choisi des chansons plutôt rythmées pour commencer le show.
Little Dolls raisonne, une chanson qu’on connait déjà en live. Je dois avouer que les versions des NRJ MA et du Grand journal ne m’avaient pas convaincue, là c’est parfait ^^..
Junior song , celle-ci qui subi le plus de critique sur le forum est bien accueillie, bien orchestrée.
Play Boy , attendu, un peu déçue pour ma part. Mais tout le monde bouge, ça c’est bon 🙂
Punker , le concert fait la part belle à l’album Paradize (et le dernier heureusement), mais pour le moment pas Alice & June.. Dommage ! Mais, les chansons à consonance “sous la couette” ont particulièrement la cote.
Le calme revient avec Le lac sans être soporifique, loin de là.
Il est l’heure de rentrer dans Le manoir et ensuite de Demander à la lune il parait que c’est mal passé, personnellement celle-ci m’a touché ce soir là, des images dans la tête, des paroles qui en disent pas mal et ses yeux qui résistent pas à des petites gouttes…
La lettre de métal , avec Boris aux tambours.
Après ces chansons “calme” revient l’énergie. Un ange à ma table , Suzanne (ex-Pravda) rejoint le groupe sur scène pour le duo.
Enfin un morceau du précèdent album, Alice et June .
Une petite voix se fait entendre, Théa (la puce de Nicola) bon, moi j’entends pas ses dires, sauf que Popstitute arrive.
La reprise You spin me around va-t-elle devenir incontournable ?

Medley rock :
Canary bay, Les tzars, Des fleurs pour Salinger , font toujours autant remuer, s’ajoute à eux Adora et Mao Boy .

Rappel 1 :
On a le droit à un concentré de June , une de mes préférées.
Les incontournables 3 nuits par semaine et Miss Paramount transforment l’Olympia en night club.

Place à l’apaisant set acoustique, un acoustique d’Indo c’est toujours apaisant, jamais endormant. C’est ça qui est chouette 🙂
Union War , joué comme ça c’est une vraie comptine.. Comme pour la dernière tournée on a le droit à Révolution et La colline des roses
entre eux deux un titre ancien (80 % n’étaient pas nés selon Nico !) KaoBang .
Comme pour nous dire au revoir, Bye bye valentine
Non mais, on les laisse pas partir comme ça.

Rappel 2 :
L’aventurier (comment faire sans ?).
Dernier jour , un peu comme “dernier morceau” avec monté de certains fans…. Mais, non, on veut pas partir. Je t’aime tant en guise de déclaration d’amour, frissons.

La scène se vide… Un clavier arrive au milieu. Nicola. Il ne se dit pas doué, on verra. Matu a la rescousse, pour le clavier qui ne veut pas s’allumer. Tom & Jerry pour finir…

“Tiens comme un rien, je reviens d’assez loin, pour te voir pour être bien chaque endroit me pousse vers toi, tiens comme un chien, je crois ton chemin… dans le creux de tes seins, tu es mon maitre mon malsain, tiens comme une main qui glisse vers le lien, qui vont de mes doigts vers un endroit qui me pousse vers toi……..
Voilà.”

En résumé : un groupe content d’être là, concentré. Un Nicola très remerciant et qui prenait soin de nous (fin, le ventilo c’est bon pour la fosse pas pour les gradins ^^). Une track liste qui expose bien les nouveaux titres, bien qu’occultant un peu trop l’avant dernier album.
Et surtout… La sensation d’un concert unique, qu’on ne reverra jamais.

Merci Indo