Comment dire, The Rodeo c’est la petite française qui fait danser les américains. Seulement les américains ? Non, à vrai dire The Rodeo c’est un univers pop/folk enivrant, un bon puta*n de premier album qui s’écoute en boucle et t’empêche de tomber dans la lassitude.

Il se dégage de cet album, Music Maelström, une forte émotion et un grand lyrisme qu’on retrouve souvent avec les petits génies de la musique qui dès leur premier album, te montrent toute la splendeur de la musique. Mais, la jeune française Dorothée, alias The Rodeo, n’est pas à son premier essai.

Rappelez-vous, Hotel Utah c’est d’elle ! La
voix chaude de The Rodeo et ses mélodies si simplistes mais tant travaillées. La voix chaude devint aussitôt envoûtante sur la reprise de Kanye West “Amazing“. Pour résumer, Hotel Utah, qui avait le goût d’un apéritif avant le plat de résistance, ne me laissa pas indifférent, et je me demandais si avec The Rodeo on allait revivre ces instants palpitants où on serre si fort notre opus tout neuf priant que ce premier album sera magique !

Verdict ?

Music Maelström est un premier album exceptionnel, un subtil mélange de country, rock, pop, folk avec la voix chaude et fascinante de Dorothée, séduisante et troublante à la fois. Crois-tu que tu vas t’en sortir indemne de ce road-trip plaisant ?

  1. On the Radio
  2. Love Is Not On The Corner
  3. My Ode To You
  4. Bird
  5. Little Soldier
  6. Uncle Sam
  7. Hand Shadows
  8. Modern Life
  9. Passing Through
  10. High Resolution World
  11. I’m Gonna Leave You

Accrochez-vous la diligence va bientôt passer. Music Maelström est comme un bon vent de fraicheur dans le Far West, là où on retrouve quelques pépites envoûtantes et émouvantes comme On the Radio et son clip si séduisant.

On retrouve sur notre chemin la sincérité et les petites histoires qu’on te raconte comme celle de Love Is Not On The Corner, d’ailleurs Dorothée murmura dans une de ces interviews : “La chanson Love Is Not On The Corner parle des gens qui sont inscrits sur des sites de rencontres sur internet pour trouver l’âme sœur. Certains de mes proches vont sur ces sites-là et ils ont toujours des histoires assez cocasses sur leurs rencontres donc j’ai eu envie d’en faire une chanson…“.
Avec The Rodeo ce sont des petites histoires toutes simples mais remplies de grâce et de douceur, on est loin des artistes qui lève le poing en beuglant que les épinards c’est pas bon. Aie ouille, la diligence a une roue cassée, une petite pause s’impose. Assis là inconfortablement dans le désert, on se laisse bercer avec la ballade My Ode To You tandis que Bird et ses petits bruissements de flûte nous signalent qu’il est temps de reprendre la route. A croire que tout le monde se réjouissait que la diligence roule, les violons et banjos vinrent partager cette frénésie sur Little Soldier. C’est de la country mon pote, on est bien dans le Far West !

On est en Amérique, faut bien une chanson pour tonton Sammy (C’est pas de moi hein ! On me l’a chuchoté à l’instant histoire de rendre cette chronique plus drôle). Ben comme par hasard, y a une chanson qui s’appelle Uncle Sam et le défi est relevé avec The Rodeo, avec cette chanson qui accroche !

Misère misère … On se fait attaquer par des indiens armés de guitares (comme dans les films américains, les indiens sont toujours les méchants, welcome to America dit-on !). Que faire ? Que chanter ? Dorothée essaye de les attendrir avec Hand Shadows et Modern Life. Leur chef Petit Bison Blanc majestueux semble ailleurs, comme si son calumet ne contenait pas que des graines de tabac. Démentiel ! Dorothée arrive à surprendre et nous fait ressentir cette présence fantomatique que ça soit à travers le xylophone et l’orchestration de Hand Shadows ou bien I’m Gonna Leave You, qui se finit sur un beau coucher de soleil, en bonne compagnie. En fin de compte, ils sont pas si méchants que ça les indiens !

Je finirai l’histoire de notre voyage une autre fois, là nous sommes attendus dans la demeure du grand chef indien.