Rendez-vous à la gare de Rennes avec mon fils et sa blonde, on est à la fois tendus et excités ; pour les fondus de hardcore comme nous, Astropolis et sa scène Mekanik, on sait que ce sera sans limite!

En Bretagne, tous les trajets pour les festivals sont à 10€ aller-retour sur présentation du billet d’entrée, merci au passage aux élus de la Région, qui appliquent cette politique de sécurité routière depuis qu’ils sont en charge des TER. Du coup, il y a un monde fou dans le train et il y en aura de plus en plus au fur et à mesure de notre voyage vers Brest. J’essaye de m’établir un programme parce que, pour une fois, je suis décidée à aller faire un tour aux autres sons; au moins voir DJ Pierre, quand même! Mon Batmix se fout de moi et me soutient que je ne pourrai jamais aller écouter de l’acid-house après Manu le malin et louper Traffik pour de la musique d’after!

Brest. A la navette, on retrouve des copains. De toutes mes tribus, c’est ma préférée, la plus cool, la plus gentille et la plus dingue aussi!
On se trouve un petit coin sur le chemin pour pique-niquer et se mettre en condition, le site est magnifique. Le parc est très grand mais le festival se tient autour du manoir de Keroual.

Il y a un peu de cafouillage à l’entrée du fait qu’il y a beaucoup plus de billets internet que prévu. Le temps d’en sortir et j’ai perdu tout le monde sauf Voisin, alors on part tous les deux en exploration, au milieu des manèges, auto-tamponneuses, stands et sons. De toutes façons, on se retrouvera tous devant l’atelier de Mekanik! Pas à dire, c’est un putain de festival! Le seul bémol : il n’y a plus de robinet d’eau potable comme avant, il y a une citerne avec marqué : “eau non potable”! J’achète une bouteille d’eau (je ne bois pas d’alcool en soirée). La déco est chouette, chaque son a son style et autant dire qu’on est les parents pauvres; Du genre : d’habitude ils sont dans la boue, ils vont pas nous emmerder! Et c’est un peu vrai, du moment qu’on a du bon son, on fait pas de chichis.

Bon, je ne parlerai que de ce que j’ai vu, et à Astropolis, dès qu’il fait nuit, c’est un gros bordel, d’autant que tout le monde est passablement désorienté! Tu cherches un son et tu en trouves un autre! Tu pars bien décidée à voir un DJ et tu te retrouves à faire un tour d’auto-tamponneuses. Le mieux, c’est de se laisser aller!

Le début de la soirée au son Mekanik, c’est pas terrible, alors on bouge, et là, au son hip’ n drum, on tombe sur Docteur Flake qui fait un live magnifique.

Des samples très travaillés et il joue par dessus sur un clavier maître. Il y a du souffle, de l’espace et des envolées lyriques…C’est beau!

Retour au hardcore! C’est Otto von Schirrach! Du cinéma, trop de cinéma! Le type a une robe à fleurs genre Deschiens, avec une cagoule et l’autre pousse des cris gutturaux, façon gothique, je trouve ça moche et je repars faire un tour. C’est que maintenant, mes jambes me démangent, il me faut un son où me caler ; je ne trouve rien et je reviens pour I:gor, le polonais.

A vrai dire, je craignais un peu un set speedcore ou break mais je suis agréablement surprise, le gars sait faire danser et dans le profond de la nuit chacun sent qu’on passe enfin aux choses sérieuses ! Et d’ailleurs, c’est la tête de qui que l’on voit apparaître ? On vient me taper dans le dos : tous ceux qui me connaissent savent que Manu le malin, c’est mon chouchou; depuis plus de 10 ans, il ne m’a jamais déçue. En free, en boîte, en festival, il ne m’a jamais laissée au bord du chemin! Une nuit de transmusicales, il m’a prise de force et a défoncé à coups de lattes la petite porte de la cave que j’avais au fond de la tête; il m’a donné les meilleures transes de toute ma chienne de vie! Et ça marche à tous les coups, je monte comme une fusée, accrochée à la barrière, toujours plus lourd, toujours plus fort, ça transpire! Il est impitoyable, je l’adore! Traffik enchaîne et c’est un bon! Je me souviens d’une drum très rugueuse où il balance des plages de speedcore en rafales. Pfou ! Il rigole pas! Un live de cette qualité pour le lever du jour, on en rêvait et on l’a.

Il bruine, Brest quoi! Sous les chapiteaux, on est à l’abri, on traîne au sec ceux qui ont bu de l’alcool et qui sont très fatigués, ceux qui sont torses nus se rhabillent. On a rallié à la tribu deux garçons très beaux et très doux. Il faut partir, marcher… J’ai les oreilles dans du coton et les jambes en chiffon.

Les gosses restent à Crozon, je pars seule : marche, navette, gare, train, bus. C’est dur. On me dit à Rennes que DJ Pierre n’est pas venu. Je l’avais complètement oublié!

Manu le malin
Traffik
I:gor
Docteur Flake